Actualité / Finance
Mardi 08 février 2000

Start-up Avenue veut incuber une dizaine de start-ups d'ici la fin de l'année

Si la France rattrape peu à peu son retard sur les Etats-unis en matière d'Internet, il est un domaine où le fossé reste béant : les incubateurs. Avec plus de 600 de ces véritables viviers de start-ups en Amérique, l'Hexagone fait en effet toujours pale figure.
Start-up Avenue s'est donc engouffrée dans la brêche pour proposer à une quinzaine de start-ups -regroupées sur 1500 m2 dans le Sentier- toute la panolie habituelle de l'incubateur: des fonds d'amorçage, des conseils en marketing, stratégie ou juridiques, des locaux ou des contacts.
A l'origine de cette création: Alain Levy, 36 ans, ancien du MIT de Boston et douze années passées dans le commerce international, et Daniel Sfez, 35 ans, ancien de la direction des marchés de la Société générale.
"Quand j'étais à Boston en 1987, j'ai vu un certain Tim Berners Lee (NDLR : "créateur" du World Wide Web) débarquer au MIT. Et je regrette un peu de n'avoir pas mesuré le choc que son invention allait provoquer. Je ne veux donc pas rater le virage une deuxième fois et c'est pour cela qu'avec mon ami d'enfance Daniel Sfez nous avons décidé de nous lancer dans ce projet d'incubateur" confie Alain Levy.
Les deux hommes ont donc levé 15 millions de francs en décembre auprès de PriceWaterhouseCoopers et d'Appolo Invest pour démarrer leur activité et ont recruté une quinzaine de personnes.
Outre cet apport financier, Start-up Avenue s'est aussi dotée d'un bureau consultatif qui aura de l'allure puisqu'il sera présidé par Maurice Levy, le président du directoire de Publicis SA et père du fondateur de Start-up Avenue. "Ce ne sera pas seulement une caution morale puisqu'il participera activement au conseil des start-up incubées " précise Alain Lévy.
Les autres membres de ce bureau seront Alan White, doyen associé du MIT, David Znaty, un autre ancien du MIT et directeur général de Publicis Technologie et Greg Whyte d'Excite@home.
Cette forte coloration d'anciens du MIT a d'ailleurs permis la mise en place, au sein de l'incubateur, d'une structure innovante baptisée "Market Watch Avenue".
Représentée à Boston par deux personnes assistées de spécialistes américains, cette cellule est chargée, selon Alain Lévy "de valider les idées et les concepts développés par Start-up Avenue, par l'observation du marché américain ainsi que de s'assurer que de nouvelles ruptures technologiques ou de nouveaux éléments fondamentaux ne menacent pas de rendre le projets obsolètes en Europe à court terme".
Sugar Express, la première start-up à entrer dans l'incubateur a d'ailleurs utilisé le Market Watch Avenue.
"Même si l'activité de cette start-up est trés pointue, puisque elle fait le lien entre tous les acteurs de la chaîne de fabrication du sucre, la cellule nous a permis de faire des comparaisons dans d'autres secteurs de l'agriculture par exemple".
D'autres sociétés ne devraient donc pas tarder à être intégrées à l'incubateur sachant que les sites BtoB ont la préférence des fondateurs. "Les frais en seed sont beaucoup moins élevés pour ce genre de site que pour le BtoC où l'investissement est énorme. Les deux prochains entrants seront dans cette logique puisq'il s'agira de sites BtoB médias et finances" explique le co-président.
Un site Internet a aussi été mis place pour aiguiller tous les porteurs de projets sachant que Start-up Avenue versera en moyenne cinq millions de francs par start-up, distribués en deux tranches : entre 0,5 et deux millions de francs en seed capital , puis après quelques mois, le solde, qui permet d'atteindre une maturité suffisante pour quitter l'incubateur.
Start-up avenue prépare en outre un second tour de table pour lever environ cinquante millions de francs. La société prévoit aussi de recruter une quinzaine de personnes supplémentaires d'ici la fin de l'année. [Jérôme Batteau, JDNet]

 

 

 

Au sommaire de l'actualité


 

 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires
 
 

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages