Actualité / Finance
Mercredi 5 avril 2000

Pere-noel.fr entre jeudi au Marché libre dans la tourmente Le gendarme de la Bourse a mis en garde le public et les sociétés contre des "personnes peu scrupuleuses", qui utilisent l'internet pour inciter à acheter des produits financiers.

Alexandre Fur, PDG de Pere-noel.fr, est tendu. Non pas à cause du climat ambiant qui règne autour des valeurs de la "nouvelle économie" mais plutôt en raison des bruits en tout genre qui circulent autour de sa société, qui va s'introduire jeudi sur le Marché libre. Un journal économique a en effet affirmé que le cybermarché avait essuyé un refus de la COB pour l'introduction au Nouveau Marché et que par conséquent, il devait se rabattre sur le Marché libre. "C'était absolument faux", s'insurge Alexandre Fur, "nous n'avons jamais imaginé nous introduire sur le Nouveau marché car nous avons une politique prudente. Nous n'avons pas besoin de fonds pour le moment. Nous voulons surtout nous faire connaître".
Pour le côté technique de l'introduction,
Pere-noel.fr procèdera d'ailleurs uniquement par la mise à disposition sur le marché d'actions existantes et appartenant à Alexandre Fur, son associé Sébastien Steinmetz et Sacha Rebk LLC, une société de droit de l'Etat du Dakota. Les trois parties cèderont chacune 31.408 titres soit au total 4% du capital. Le prix minimal d'introduction étant fixé à 17,80 euros. Ce qui valorise quand même la société 37,39 fois son chiffre d'affaires prévisionnel pour l'année 2000.
Une valorisation élevée si on la met en parallèle avec le soudain désamour des investisseurs pour les valeurs Internet et surtout avec les récents déboires des sites marchands américains comme CdNow ou Peapod. L'édition interactive du Wall Street Journal estimait en effet récemment qu'une cinquantaine de sociétés du "BtoC" seraient en difficulté dans les mois qui viennent après avoir brûlé tous leurs fonds en marketing. La possibilité pour elles de lever des fonds supplémentaires étant limitée en raison de la faiblesse des cours.
Mais cette situation ne semble pas effrayer Alexandre Fur et ce pour plusieurs raisons : "D'abord nous n'avons pas de faramineuses dépenses en marketing. Nous tablons plutôt sur de l'événementiel pour nous faire connaître notamment lors de fêtes traditionnelles comme Noël, Pâques ou la Fête des mères. C'est pour cela que nous avons acquis une cinquantaine de noms de domaines s'y rapportant. Ensuite nous pensons que la correction des valeurs Internet était nécessaire dans la mesure où les valorisations étaient démentielles. Enfin, grâce à ce retour à la raison, nous n'aurons pas une trop forte volatilité lors de l'introduction et cela nous servira pour plus tard car les investisseurs qui miseront sur nous ne seront pas là pour faire des allers-retours".
Reste tout même un obstacle de taille pour le marchand en ligne : la future offensive sur le Web des grands distributeurs comme Carrefour ou Auchan dans le sillage de ce que propose déjà Casino ou Cora, via Houra.fr . "Peut-être, consent Alexandre Fur, mais ces grands groupes ont un énorme défaut. Ils n'ont pas compris le sens du mot service, une notion absolument fondamentale pour le Web. Et Pere-noel.fr a des arguments à faire valoir dans ce domaine en plus des des prix attractifs".
Version pour impression Format d'impression

Au sommaire de l'actualité


 

 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires
 
 

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages