Le Net
LibertySurf Group assigne une grande partie des salariés de RESpublica
Le groupe conteste les multiples candidatures des salariés du site de communauté à des postes de représentants du personnel. Leur éventuelle élection compliquerait la fermeture programmée des bureaux de RESpublica à Mougins. --> (Jeudi 28 juin 2001)
         

La direction de LibertySurf a décidé d'assigner 43 salariés de sa filiale RESpublica, qui édite un site de communauté, pour dénoncer des candidatures jugées "frauduleuses" à des postes de représentants du personnel. Chaque collaborateur concerné a reçu une lettre de convocation émise par le tribunal d'instance du XVIIème arrondissement de Paris. Une situation ubuesque qui ravive les relations sociales tendues au sein du groupe.

Liberty Surf a entamé depuis plusierus semaines une politique de rationalisation globale de ses activités qui passe par une réduction de ses effectifs. C'est RESpublica, société créée par Christophe Dupont en 1998 et revendue un an plus tard à LibertySurf (cf article JDNet du 29/10/99), qui se retrouve aujourd'hui dans la ligne de mire. Sur fonds de rumeurs de réduction des effectifs, une quarantaine de salariés du site de communauté ont posé leur candidature à des postes de représentants du personnel. "Les dépôts de candidature ont été lancés début juin, c'est à dire avant l'annonce des suppressions de postes faite officiellement par les dirigeants de LibertySurf", indique un des salariés concernés.

Mi-juin, Hervé Simonin, directeur médias de LibertySurf Group, vient confirmer la mauvaise nouvelle à l'équipe technique de RESpublica à Mougins : le site des Alpes-Maritimes va être fermé et les collaborateurs ne seront pas repris. Ce qui signifie la suppressions de 35 postes. L'équipe marketing du site de communauté, installée à Paris, ne serait pas concernée. La décision de fermer les bureaux de la Côte d'Azur tombe mal pour LibertySurf car les élections des représentants du personnel (délégués du personnel, membres du comité d'entreprise) auront lieu le mois prochain. Si les instances en charge de la défense des intérêts des salariés du groupe comprennent des collaborateurs de RESpublica, le plan de fermeture du site de Mougins et les réductions d'effectifs qui vont avec risquent d'être plus difficiles à mettre en oeuvre. D'où la brutale réaction de LibertySurf Group qui demande à la justice l'annulation de toutes les candidatures. Plus des dommages et intérêts : 1 000 francs par personne assignée selon un porte-parole des salariés.

L'audience devant le tribunal doit se tenir le 9 juillet. "Nous sommes actuellement dans un cadre de négociation avec le groupe LibertySurf. Nous essayons de nous en sortir le mieux possible. Nous avons eu pour l'instant une proposition financière pour partir mais elle ne nous convient pas", indique ce porte-parole. La prochaine réunion entre les salariés de RESpublica et la direction de Liberty Surf, aujourd'hui intégré au Groupe Tiscali, doit se tenir ce jeudi. "Nous voulons juste trouver un accord à l'amiable car la décision de LibertySurf de fermer le site de Mougins semble inéluctable", explique le représentant des salariés assignés.

Du côté de LibertySurf Group, les responsables refusent d'apporter des commentaires sur cette affaire. "Nous sommes en période de restructuration", indique un représentant du service ressources humaines du groupe. Sans plus de précisions.

[Philippe Guerrier, JDNet]
 
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International
 
 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires