E-Commerce
iBazar se met à l'heure d'eBay sur fond de crise sociale
La migration technico-marketing du site d'enchères français vers la plate-forme de son propriétaire américain avance à grands pas. Mais le plan de restructuration lié à l'opération secoue l'équipe de iBazar. --> (Jeudi 19 juillet 2001)
         

iBazar, le leader sur le marché français des enchères en ligne dont le rachat par l'américain eBay a été annoncé en février dernier, poursuit actuellement le processus d'intégration de la plate-forme iBazar vers celle de l'américain eBay. Ce chantier, majeur pour le groupe eBay en Europe, a débuté dès le lendemain du closing de l'opération, le 21 mai dernier avec l'apparition du logo eBay sous la marque iBazar.

Actuellement, les équipes assurent le transfert des données personnelles des utilisateurs de iBazar aux Etats-Unis. Pour cette migration, les utilisateurs du site français se sont vus adresser un mail il y a une dizaine de jours dans lequel il leur est demandé d'accepter la charte eBay en lieu et place de celle de iBazar.

Mais le chantier de la fusion s'avère s'avère aussi coûteux sur le plan social. De sources proches de la société, un plan social serait actuellement en cours et toucherait une cinquantaine de salariés. La direction de iBazar, contactée, n'a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet. L'annonce de ce plan aurait suscité une véritable crise de confiance au sein des équipes de iBazar, manifestée en particulier par l'organisation d'une grève à laquelle auraient participé une centaine de salariés sur les 130 à 140 qui resteraient dans la société.

A l'origine de cette crise, le devenir des plans de stock-options accordés aux salariés, en particulier à l'occasion du second tour de table d'iBazar lors de l'arrivée de la banque italienne Bibop à hauteur de 4% dans le capital du groupe sur la base d'une valorisation de 520 millions d'euros, contre une valorisation finale de 120 millions d'euros lors de l'opération de rachat par eBay. Un des salariés de iBazar exprime son désarroi : "Nous avons compris que les fondateurs, Pierre-François Grimaldi et Marc Piquemal, nous avaient purement et simplement abandonnés après avoir réalisé leur plus-value. Ils sont partis dès le lendemain de l'opération sans s'adresser à leurs équipes ni même nous envoyer un mail pour annoncer le passage de témoin. Depuis, personne ne nous a donné aucune visibilité sur notre avenir dans le groupe en dehors de l'annonce du plan de restructuration."

En coulisse pourtant, le chantier de migration de iBazar vers la plate-forme eBay progresse à grands pas. "Nous n'avons pas encore arrêté de date pour la disparition de la marque iBazar et le processus progressif de transfert. Mais c'est aujourd'hui une question de mois, même si notre objectif reste quand même d'assurer la transition la plus douce possible", indique Grégory Boutté qui assure actuellement la direction générale d'iBazar en remplacement de Marc Piquemal. Si la marque iBazar est condamnée, aucune décision ne semble prise concernant Simone, le personnage emblématique de la marque iBazar (lire l'article Offline JDN du 20/10/00).

La métamorphose marketing de iBazar reste suspendue à la fois à l'adhésion des internautes au processus mais aussi et surtout à la volonté de coopérer des techniciens qui administrent la plate-forme iBazar qui sont indispensables pour assurer la transition. C'est pourquoi, selon nos sources, plusieurs responsables techniques auraient obtenu des indemnités substantielles qui pourraient s'élever à 3 ou 4 ans de salaire conditionnées à la réussite de cette migration.

Pour la gestion des départs et du plan global de restructuration, on parle d'une enveloppe de 10 à 15 millions de francs accordée par eBay Inc. à la direction française. Mais la récente grève aurait alerté la direction américaine sur le malaise social chez iBazar, au point d'entrainer le déplacement de Meg Whitman, CEO de eBay Inc, information toujours non confirmée par la direction de iBazar.
Mais le temps passe et le processus de migration se poursuit : "Le temps joue contre nous car lorsque la migration technique sera achevée, les dirigeants pourront tailler dans les équipes sans craindre de conséquences dommageables pour le site", murmure-t-on du côté de l'avenue de Flandres où se trouve le siège de iBazar. On y croiserait déjà les premiers visiteurs intéressés par les locaux.

La saga iBazar

Février 1999 iBazar compte 10 000 inscrits (Lire)
Juillet 1999 Interview du fondateur de iBazar au JDNet (Lire)
Août 1999 iBazar lève 80 millions de francs (Lire)
Septembre 1999 Première campagne "Simone" en TV, presse et radio (Lire)

Janvier 2000 projet d'introduction en Bourse pour iBazar (Lire)
Mai 2000 eBay à la recherche d'une proie en France (Lire)
Octobre 2000 eBay ouvre son site français (Lire)
Mars 2000 iBazar achète un site suédois et un site belge et passe en modèle payant. Le site revendique 300 000 membres (Lire)
Mars 2000 iBazar valorisé 520 millions d'euros après une prise de participation de l'italien Bipop-Carire.
Mai 2000 Telestore, éditeur de iBazar, se concentre sur le site de vente aux enchères en cédant Chez.com, Ecila et deux autres sites à Liberty Surf. (Lire)
Novembre 2000 Marc Piquemal propriétaire du domaine eBay.fr (Lire)
Décembre 2000 Marc Piquemal primé aux Net 20 par le Journal du Net dans la catégorie "marketing" (Lire)

Février 2001 e-Bay rachète iBazar (lire)
Juillet 2001 e-Bay migre la plate-forme iBazar sur ses serveurs américains


[Fabien Claire, JDNet]
 
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International
 
 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires