Marketing
Directinet se félicite du choix
La société de marketing direct, qui a déjà choisi l'opt-in, se déclare très satisfaite de ce retournement. Elle en profite toutefois pour souligner quelques imprécisions. --> (Lundi 10 décembre 2001)
         

Les réactions
des professionnels

Société spécialisée dans le marketing en ligne, DirectiNet est également l'éditeur de la loterie en ligne Lotree.fr, au travers de laquelle, elle collecte les adresses des internautes. Des adresses qu'elle déclare n'exploiter pour l'envoi d'e-mail commerciaux qu'avec la permission explicite de ces dernier. Adepte de l'opt-in et du permission marketing, Jérôme Stioui, président de DirectiNet, donne son sentiment sur la décision des ministres de l'Union européenne.

La directive elle-même. "Cette décision est très positive. Enfin, l'Union européenne reprend l'avis des experts qui ont rédigé, à la demande de la Commission, un rapport sur l'envoi de messages commerciaux non sollicités en essayant de tirer les enseignements de l'exemple américain. Cette décision va également permettre d'homogénéiser la législation dans tous les pays européens. Elle permet ainsi de résoudre les problèmes d'envoi d'e-mail commerciaux non sollicités à partir de pays qui n'ont pas opté pour l'opt-in. Même la France a finalement opté pour le consensus, alors que jusqu'à présent, elle n'était pas très favorable à l'opt-in."

En savoir plus sur...

L'envoi d'e-mail suite à un achat. "Cette ouverture me paraît tout à fait acceptable dans la mesure où elle s'applique à des actions de fidélisation. Le cas de figure qui consiste à envoyer un mail commercial à un internaute ayant acheter un article sur votre site peut difficilement être assimilé à du spamming. Cette proposition est beaucoup plus discutable s'il sagit d'utiliser ces données pour les louer à un tiers sans demander l'accord préalable de l'internaute en question. Le cadre d'application de cette proposition mérite d'être discuté et précisé."

L'intensité des envois. "Si cette directive est positive, elle ne dispense pas les marchands et les acteurs du secteur de se fixer une charte et des limites, notamment sur l'intensité des envois. En ce qui nous concerne, nous en envoyons deux par mois afin de ne pas saturer les internautes. Les internautes n'ont pas à subir la saisonnalité des marchands. Pour cela, il faut leur offrir les moyens de se désabonner et toujours préciser quelle est la source de l'envoi, c'est-à-dire par qui l'adresse a été collectée."

La rétroactivité de la loi. "Pour l'instant, rien ne dit si cette loi sera rétroactive. En ce qui nous concerne, nous n'avons rien à craindre. Mais si c'était le cas, le marché de l'e-mailing pourrait s'en trouver contracté."

Retour à l'article

[Anne-Laure Béranger, JDNet]
 
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International
 
 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires