Valeurs IT
IPO : Free part en éclaireur
Le groupe Iliad/Free a reçu l'autorisation de l'AMF pour s'introduire en Bourse. Le 30 janvier, un peu moins de 12 % du capital sera coté sur le Premier Marché. La valorisaiton de la société tournerait autour de 720 millions.  (Jeudi 22 janvier 2004)
         
En savoir plus
Prévue pour le 30 janvier et faisant figure de test pour le marché, les banques et les investisseurs, l'introduction en Bourse du groupe Iliad a reçu le visa de l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) mardi 20 janvier au soir. Depuis hier, le 21, l'offre publique est ouverte et le placement global a été entamé. Ce placement global est principalement destiné aux investisseurs institutionnels (public en France et privé à l'international) et doit se poursuivre jusqu'au 29 janvier prochain, date à laquelle interviendra une première cotation des actions de la société. Puis, le 30 janvier, débuteront les négociations des actions d'Iliad sur le Premier Marché d'Euronext Paris. C'est SG Corporate & Investment Banking, Cazenove et Oddo & Cie qui se chargent de diriger l'opération.

Adoptant le symbole ILD, le groupe Iliad va placer en Bourse entre 6,3 et 8 millions d'actions (soit entre 11,97 et 15,01 % des droits de vote). Ces chiffres comprennent 5 à 5,828 millions d'actions nouvelles et 1 million à 1,9 million d'actions existantes. Parmi les détenteurs d'actions prêts à céder leur participation, on retrouve des fonds Goldman Sachs et des fonds Axa. Les dirigeants de la société (dont le PDG, Xavier Niel, qui détient aujourd'hui près de 78 % du capital) ne se départissent pas de leurs actions. Un lock-up de 180 jours (six mois) les empêchera d'exercer leurs actions dès la cotation du titre.

La faible part du capital qui sera cotée en Bourse devrait nettement limiter le nombre de particuliers détenteurs d'actions du groupe. La majorité des titres cotés devrait rester entre les mains des investisseurs institutionnels. Parmi eux, on devrait retrouver une partie des investisseurs institutionnels déjà présents au capital de Wanadoo. La détention d'actions Iliad/Free leur permettra en effet de pondérer leurs risques (si l'action Wanadoo baisse, le titre Free devrait logiquement monter, et inversement).

Le prix de vente de l'action est annoncé entre 14 et 16,3 euros. Ce montant est encore modifiable mais il donne déjà une idée de la valorisation de la société, de l'ordre de 720 millions d'euros. Selon un communiqué publié par Iliad, les fonds levés lors de l'introduction (environ 90 millions d'euros) doivent permettre de "mener une politique de développement externe ciblée sur des domaines présentant une forte complémentarité avec les activités existantes ou permettant une meilleure utilisation de son réseau de télécommunications." 50 millions d'euros devraient être affectés au dégroupage sur les deux années à venir.

Dans sa note d'opération visée par l'AMF, le groupe souligne qu'au 31 décembre, Free comptait 163.000 abonnés en dégroupage partiel (33,6 % du nombre total d'abonnés ADSL en France). Le fournisseur d'accès est désormais présent dans 176 communes en France et affirme délivrer son service de télévision sur ADSL à plus de 70 % de ses 100.000 abonnés Freebox (soit ceux situés à moins de 2200 mètres de leur central téléphonique).

En savoir plus

Iliad estime par ailleurs que son chiffre d'affaires consolidé au 31 décembre 2003 devrait se situer entre 290 et 296 millions d'euros (fourchette basse). Si Iliad n'a pour l'instant pas donné de prévisions pour 2004, le fournisseur d'accès indique cependant comme objectif le million d'abonnés ADSL en 2005.

[Florence Santrot, JDNet]
 
 
  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International