ENQUETE 
Accès alternatifs : essai non transformé pour la BLR à Felletin
La commune limousine de Felletin a testé l'accès Internet par la boucle locale radio pendant trois ans et demi. Malgré un bilan positif, elle a mis fin à cette expérimentation pour des raisons de coût.   (06/09/2004)
  En savoir plus
 Felletin
Annuaire  Haut débit en régions
Dossier Collectivités locales
  Le site
Mairie-felletin.fr
 
  Kézaco ?
BLR : boucle locale radio. L'utilisateur communique par liaison radio, utilisant la bande de fréquence 3,5 GHz, avec une station de base, reliée au central de l'opérateur.
L'équipement : une antenne de réception et un boîtier, qui communiquent avec une station de base située sur un point haut.
 
Le mât de Beaumont, station de base pour la BLR de Felletin
 
  Repères
Licences BLR : alors qu'en juillet 2000, l'ART avait distribué des licences à 12 opérateurs, ils ne sont aujourd'hui plus que deux en métropole (9 Telecom Entreprise et Altitude Telecom-Broadnet), et trois dans les DOM (Cegetel La Réunion, Médiaserv et XTS Network).
16 % des entreprises sont situées dans des communes couvertes partiellement ou totalement par la Boucle Locale Radio (données à fin 2003).
 
 
  En savoir plus
 Felletin
Annuaire  Haut débit en régions
Dossier Collectivités locales
  Le site
Mairie-felletin.fr
 

Située dans la Creuse, la petite commune de Felletin, 1 892 habitants, aurait pu attendre longtemps son accès DSL. Mais la politique volontariste de son maire en a décidé autrement et a sauvé la ville du no man's land numérique qui la guettait, en mettant en place, dès le début 2000, une boucle locale radio (BLR).

A l'époque, cette technologie d'accès à l'Internet haut débit, qui repose sur le transport de données par voies hertziennes, était promise à un déploiement rapide. Reléguée par la suite à un marché de niche, elle connaît aujourd'hui un regain d'intérêt dû à l'apparition de nouveaux équipements et de nouvelles technologies (le Wimax) permettant d'exploiter sa bande de fréquences. Conséquence, l'ART a lancé, le 29 juin dernier, une consultation publique afin de recueillir les demandes des industriels souhaitant réaliser des tests techniques jusqu'au 1er septembre 2005, et d'évaluer ensuite l'intérêt d'ouvrir de nouvelles bandes de fréquence.

Mais lorsque Felletin entreprend de mettre le Plateau de Millevaches à l'heure de la BLR, rien de tout cela n'est en place. Contrairement à d'autres initiatives territoriales en matière de haut débit, ce projet ne s'inscrit pas dans le cadre du programme de desserte haut débit du Limousin, baptisé Dorsal. Celui-ci est poussé en revanche par France Télécom qui choisit la commune pour réaliser un test, car la municipalité était déjà utilisée comme plate-forme expérimentale pour les technologies de l'information.

L'expérimentation, entièrement financée par l'opérateur historique, s'est révélée très positive pour la commune. Les résultats techniques ont été qualifiés de concluants, avec un débit symétrique de 500 kb/s et une connexion fiable. Au total, une vingtaine d'habitants a bénéficié de l'accès offert par France Télécom. Parmi eux, beaucoup de jeunes, mais aussi des travailleurs à distance, des établissements scolaires, des entreprises.

Pourtant, malgré ces bons résultats, la BLR n'est plus utilisée à Felletin depuis l'été 2003. Le caractère expérimental de l'opération obligeait en effet France Télécom à fabriquer les équipements dans des quantités trop limitées pour en assurer la rentabilité. En tout, l'opérateur a installé une antenne de réception (sur le mât qui sert aussi au GSM et à la télévision), et une vingtaine d'émetteurs-récepteurs qui se présentent sous la forme de petits boîtiers.

Hors de question, néanmoins, d'abandonner le haut débit auquel les abonnés qui y avaient goûté étaient très attachés. Ce d'autant plus que la ville a elle aussi grandement bénéficié de l'expérience. "Nous avons créé le site de la commune à ce moment-là, ce qui a eu un impact sur le plan touristique, confie Floriana Tchao-Ago, chargée de communication et du projet TIC auprès de la mairie de Felletin. Par ailleurs, nous avons reçu beaucoup de demandes d'informations émanant de personnes qui voulaient s'installer à la campagne, parmi lesquelles de nombreux parisiens." La troisième révolution industrielle, celle de l'Internet, pourrait-elle être le moteur de l'exode urbain ?

Felletin poursuit en tous cas sa stratégie d'expérimentations, en se tournant cette fois vers les technologies satellite et Wi-Fi pour tenter un déploiement d'envergure. Le projet actuel, conduit cette fois en partenariat avec Tiscali qui supporte l'intégralité des coûts des abonnements, est voué à perdurer. Une étude est même en cours pour savoir si le couple satellite-wifi pourrait être mis en place dans les communes alentours.

Les autres volets de l'enquête
Les expérimentations Wi-Fi et satellite se multiplient (31/08/2004)
Castres-Mazamet, précurseur de la fibre optique (01/09/2004)
La Vallée d'Aspe expérimente le CPL (02/09/2004)
Le Pays des Vals de Saintonge mise sur le WiMAX (03/09/2004)
Essai non transformé pour la BLR à Felletin (06/09/2004)
Les initiatives territoriales, second souffle des infrastructures télécoms (07/09/2004)
Raphaële KARAYAN, JDN
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International