TELECOMS–FAI
La bourse spécule sur le rachat de Tiscali
Les marchés s'agitent autour de Tiscali. Le cours du FAI italien à Milan fait des bonds de 10 à 15 %, sur fonds de rumeurs de rachat. Les noms de Telecom Italia, T-Online et France Télécom son avancés pour sa reprise.   (23/09/2004)
  En savoir plus
 Tiscali France
Dossier ADSL : un marché en éruption
La spéculation sur le titre Tiscali à la bourse de Milan ravive les rumeurs de rachat du groupe. Le FAI italien gagnait hier 10,73 % dans des volumes près de quatre fois supérieurs à la moyenne. Mercredi dernier, le titre avait déjà bondi de 15 %, sur fonds de bruits de cession de ses filiales française et britannique.

Cette fois, les marchés évoquent plutôt une reprise du groupe par un opérateur, ou bien une augmentation de capital. Dans tous les cas, les observateurs ne semblent plus croire en la capacité de Tiscali à se dépêtrer de ses difficultés financières, bien que les dirigeants persistent à réfuter toute idée de cession du groupe, ou même de l'une de ses cinq filiales stratégiques : France, Italie, Allemagne, Royaume Uni et Benelux.

Parmi les acquéreurs possibles, les noms les plus cités sont Telecom Italia, T-Online et France Télécom. L'opération engagée par Tiscali pour restructurer l'ensemble du groupe et récolter les fonds nécessaires au remboursement de sa dette obligataire de 250 millions d'euros, mi 2005, pourrait donc être, en définitive, une opération de séduction visant à trouver un repreneur.

En effet, malgré les 76 millions d'euros empochés en revendant plusieurs filiales, Tiscali ne semble pas être en mesure de faire face au remboursement de sa dette. D'autant qu'un an plus tard, en septembre 2006, le FAI aura à faire face à une nouvelle échéance de remboursement de 210 millions d'euros. En outre, le faible niveau de son action en bourse ces derniers mois a dissuadé ses dirigeants de procéder à une augmentation de capital, dont ils espéraient 100 millions d'euros.

  En savoir plus
 Tiscali France
Dossier ADSL : un marché en éruption
Enfin, les mouvements de capitaux à l'oeuvre actuellement sur le marché des FAI laissent libre cours à l'imagination des spéculateurs. Le Groupe Arnault, qui détenait encore 3,3% de Tiscali fin 2003, vient de passer sous la barre des 2 %. De son côté, le groupe Lagardère a affirmé la semaine dernière être prêt à vendre les 5,69 % de participations qu'il détient dans T-Online depuis la vente de Club Internet. Ces désengagements pourraient préparer une redistribution globale des cartes en Europe, dont Tiscali serait susceptible de faire partie.
 
 
Frantz GRENIER, JDN
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International