ENTREPRISES
Maurice Khawam (IE-Club) : "Nous voulons amener grands comptes et entreprises innovantes à coopérer"
A l'occasion d'une cérémonie au Palais Brongniart, l'IE-Club fera connaître ses huit recommandations favorisant les échanges entre grands groupes et PME innovantes. Explications de Maurice Khawam, président de l'IE-Club.   (24/11/2004)

  En savoir plus
 IE-Club
 Maurice Khawam
Dossier Capital-risque IT
L'IE-Club, association créée en 2000 pour favoriser les échanges entre grands groupes et PME innovantes, inaugure aujourd'hui sa première rencontre officielle au Palais Brongiart sous l'égide du ministère de l'industrie. 300 participants sont attendus à cette manifestation baptisée "Observatoire de l'IE-Club". En présence du ministre délégué à l'industrie, Patrick Devedjian, trois grands axes seront abordés : l'enjeu de ces rencontres, le développement de telles relations et l'étude d'un cas pratique avec British Telecom. La cérémonie sera clôturée par la remise au ministre d'une feuille de route établie par l'IE-Club : huit recommandations stratégiques. Maurice Khawam, président de l'IE-Club et de l'entreprise d'investissemnt NexTFund Capital, fait le point sur l'événement.

JDN. Quel est l'objet de cette rencontre et sur quelle base avez-vous établi vos recommandations ?
Maurice Khawam. L'Observatoire s'inscrit dans la mission générale de l'association : favoriser le développement de l'entreprenariat par la multiplication des échanges entre grands groupes et entreprises innovantes. L'idée d'une rencontre officielle est née en janvier dans le cadre d'une réflexion d'envergure européenne mesurant l'impact que pourraient avoir l'amélioration de la relation et le développement des affaires entre les grands groupes et les entreprises innovantes. Nous souhaitons que les grand groupes et les PME aux fortes capacités d'innovation travaillent mieux ensemble. De là, nous avons tiré huit pistes de recommandations et eu l'idée d'officialiser des relations que nous avons tisser au fur et à mesure du temps depuis notre création en 2000. Nous avons adressé un questionnaire à 10.000 acteurs en Europe : entreprises, investisseurs et partenaires de croissance. La trentaine de questions qu'il comportait tendait à mesurer les freins, les points positifs et la perception générale des PME innovantes à l'égard des grands groupes et vice versa.

Concrètement, comment comptez-vous inciter grands groupes et entreprises innovantes à travailler ensemble ?
Nous estimons avant tout que les grands groupes regardent ces dernières avec méfiance. Nous souhaitons ainsi modifier cette perception, un peu à la manière de ce qui a été fait via la norme ISO, une sorte de normalisation des rapports entre ces deux types d'entreprises. L'idée serait de nommer un repsonsable en interne des relations entre le groupe et les entreprises innovantes. Au-delà, plutôt que de cantonner ce type de relations au niveau local, il s'agirait de l'étendre à l'échelle internationale. Et pour l'aspect des risques liés à ce type de relations, l'idée serait de les mutualiser via un fonds de solidarité dans lequel un pourcentage sur les ventes de matériel ou de solutions aux grands groupes serait placé. En outre, nous comptons décerner un prix de l'entreprise citoyenne : ce sera le cas lors de la rencontre qui a lieu aujourd'hui puisque trois grands prix seront décernés. Pour pérenniser tout cela, nous comptons également favoriser et développer activement les partenariats entre grands groupes, entreprises innovantes et sociétés d'investissement.

  En savoir plus
 IE-Club
 Maurice Khawam
Dossier Capital-risque IT
Quel rôle remplit l'équipe du ministère de l'industrie dans votre projet ?
Arnaud Lucaussy, conseiller NTIC au ministère, nous a accompagné tout au long de la mise en place de ce projet de rencontre officielle entre grands groupes et entreprises innovantes. Plusieurs prises de contact ont été faites en amont. Nous remettrons notre feuille de route assortie de nos huit recommandations à l'issue de cette première rencontre officielle. Le prochain rendez-vous aura lieu dans un an, pour établir le bilan des efforts engagés aujourd'hui. Déjà, dans six mois, nous ferons un premier bilan d'étape. Nos huit recommandations vont impliquer la multiplication de contacts avec les patrons de grandes entreprises. En outre, une série de mesures devraient être annoncées d'ici à deux semaines par le ministère de l'industrie.

La feuille de route de l'IE-Club : huit recommandations
I. Transformer la culture de la grande entreprise française
II. Accélérer le déploiement à l' international
III. Pérenniser les produits des entreprises innovantes... par des mesures incitatives
IV. Reconnaître l'entreprise citoyenne.... qui développe ses partenariats avec les entreprises innovantes
V. Mettre en avant la compétitivité des grandes entreprises grâce à l'agilité des entreprises innovantes
VI. Promouvoir l'effort de R&D au travers de "mutuelles de l'innovation"
VII. Inciter les grandes entreprises à lier des partenariats pour être "1er client" des entreprises innovantes
VIII. Développer les relations par... le cadre juridique ("discrimination positive")
 
 
Sophie FIEVEE-BALAT, JDN
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International