TELECOMS–FAI 
Sommaire Télécom-Fai
Un an après son IPO, Iliad-Free a su convaincre les marchés
Après un début de cotation calme, le groupe a persuadé les investisseurs de son statut de deuxième opérateur français. Le titre a pris près de 74 % sur un an.   (31/01/2005)

Voir l'historique du cours d'Iliad sur un an
  En savoir plus
Valeur  Iliad
Société   Iliad-Free
Dossier Free
 
(Article modifié le 31/01/2005 à 15h23) Il y a tout juste un an, Iliad-Free investissait le Premier Marché et entamait son aventure boursière (lire l'article du 02/02/2004). Le premier FAI à avoir lancé en France, fin 2003, la télévision via ADSL levait alors 94,4 millions d'euros au cours de son premier jour de cotation, avec un prix d'introduction de 16,30 euros, au plus haut de sa fourchette indicative. L'action terminait finalement la journée du 30 janvier 2004 sur un gain de 30,37 % à 21,25 euros. Une IPO réussie qui promettait un bel avenir à la valeur.

Pourtant, dans un premier temps, le cours d'Iliad se maintient péniblement autour des 20 euros. Entre le 30 janvier et le 12 août 2004, date de son plus bas à 16,30 euros, l'action aura même cédé 22,31 % malgré une série d'annonces positives. Le 15 février par exemple, l'opérateur présente des résultats annuels en progression de 83 % sur un an (lire l'article du 16/02/2004).

Puis le 4 mai, le FAI annonce 635.000 abonnés dans son portefeuille (lire l'article du 05/05/2004). Ou encore le 7 juin enfin, le FAI lance le dégroupage total en région PACA (lire l'article du 08/06/2004)... Seul incident de communication sur la période : la mise en examen fin mai du fondateur de la société, Xavier Niel, dans le cadre d'une affaire privée qui fait plonger l'action vers les 17 euros.

Il faudra attendre la publication, début août, des résultats réalisés par Iliad au premier semestre pour voir la tendance se renverser singulièrement. L'opérateur annonce alors un chiffre d'affaires au-dessus de ses objectifs, en hausse de 95 % sur un an (lire l'article du 02/08/2004). "Iliad a toujours présenté des chiffres supérieurs aux attentes, malgré la forte concurrence du marché des télécommunications, souligne Nicolas Didio, analyste financier chez CDC ixis. La société a fini par rassurer les investisseurs."

"Iliad n'est plus une start-up mais le deuxième opérateur en France"

Dès lors, la plupart des analystes financiers révisent à la hausse leurs recommandations, passant de "neutre" à "superperformance" ou "renforcer". Le cours d'Iliad décolle, gagnant 35,43 % entre le 12 août et le 25 octobre. Une période à partir de laquelle les marchés financiers sont plus sensibles à l'actualité d'Iliad-Free. Le FAI continue tout le long du second semestre à annoncer l'augmentation des débits offerts à ses abonnés, avec toujours une longueur d'avance sur ses concurrents, parmi lesquels le leader Wanadoo.

A la mi-octobre, il est le premier opérateur à lancer l'ADSL2+, une technologie pouvant délivrer des débits allant jusqu'à 25 Mbits (lire l'article du 21/10/2004). Dans le même temps, Canal Plus annonce qu'il propose désormais ses chaînes aux abonnés Freebox.

Le titre Iliad poursuit alors sa progression pour atteindre, le 28 janvier dernier, les 28,47 euros, soit 27,33 % de mieux que fin octobre. Sur un an, la valeur a gagné 75 % quand le CAC progressait seulement de 6 %. Iliad est aujourd'hui valorisée à 1,5 milliard d'euros, soit l'équivalent de l'éditeur de logiciels Business Objects ou deux fois plus que le voyagiste ClubMed.

Ont notamment stimulé cette croissance les résultats financiers annoncés le 28 octobre par l'opérateur, qui réalise sur les neuf premiers mois de l'année un chiffre d'affaires en augmentation de 72 % et 908.000 abonnés haut-débit. "Le dégroupage a permis à Iliad non seulement de se différencier de son principal rival, mais également d'augmenter ses marges, explique Nicolas Didio de CDC Ixis. Désormais, la société n'est plus une start-up mais un opérateur à part entière, officiellement le deuxième en France."

Le titre du FAI a-t-il pour autant fini de croître ? "Le cours d'Iliad est quasiment à son plus haut", estime Nicolas Didio. Un jugement qui n'est pas partagé par les dirigeants de la société. "Notre action a encore une marge de progression, considère à l'inverse Michael Boukobza, DG d'Iliad. Notre valeur a su trouver sa place sur le Premier Marché, avec plus de 100.000 titres échangés par jour, 1,5 milliard d'euros de capital et 250 millions d'euros de flottant."

  En savoir plus
Valeur  Iliad
 Iliad-Free
 Michael Boukobza
Dossier Free
  Le site
Cdcixis.com

Pour tenir ce niveau de cours, voire le faire progresser, le FAI devra continuer à surprendre - en bien - les investisseurs, tout en rassurant les fonds anglo-saxons qui composent majoritairement son actionnariat en Bourse. Un exercice de communication dans lequel Iliad montre un vrai savoir faire : après avoir lancé, le 23 janvier dernier, le Ring back tone avant ses rivaux, il souhaite aujourd'hui s'attaquer à la vidéo à la demande, un terrain déjà foulé par Wanadoo. La valeur pourrait aussi profiter du regain spéculatif qui entoure le marché des fournisseurs d'accès : les rumeurs multiples évoquant la cession de Tiscali France pourraient aussi bien profiter à un numéro deux toujours indépendant.

 
 
Rédaction JDN Sommaire Télécom-Fai
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International