FINANCE 
JDN Finance
Fortuneo acquiert i-Bourse
Le rachat de l'activité Bourse de la Banque Bipop permet au courtier en ligne du groupe ProCapital d'afficher des encours de plus de 600 millions d'euros. Il revendique 13 % de parts de marché.   (09/02/2005)

  En savoir plus
 Fortuneo
 Paul Mizrahi
 Cortal Consors
Sur fond de morosité du marché français du courtage en ligne, Fortuneo poursuit ses opérations de croissance externe. Le courtier en ligne du groupe ProCapital, dont l'actionnaire de référence est Aviva France, a racheté le 1er février dernier i-Bourse, l'activité de bourse en ligne de la banque Bipop. C'est la quatrième opération du genre pour la Fortuneo, suite au rachat des activités de courtage en ligne de 3A Trade en décembre 2002 et de celles de Direct Finance en juillet 2003. Des acquisitions qui lui ont permis de devenir le numéro trois du secteur en France, avec près de 12 % de parts de marché (13 % en comptant le rachat d'i-Bourse), derrière Boursorama (39 %) et Cortal Consors (environ 20 %).

Avant ces opérations, Fortuneo réalisait 2 % de parts de marché. Sur les onze points de croissance, la compagnie évalue à deux tiers la part due à la croissance externe et chiffre à près de quatre points la croisance interne.

Avec ce rachat, Fortuneo récupère 4.000 clients et 60 millions d'euros d'encours de Bourse. Le rapprochement avec i-Bourse est stratégique : "La clientèle d'i-Bourse est fidèle, elle s'est mise très tôt à la Bourse en ligne et correspond à la philosophie discount de Fortuneo", explique Paul Mizrahi, président du directoire de Fortuneo. Avec cette opération, le montant total des encours de Bourse dans la nouvelle entité pourrait s'élever à 680 millions d'euros cette année, contre 583,7 millions en 2004.

L'acquisition d'i-Bourse par Fortuneo renforce encore un peu plus dimension monopolistique d'un secteur où les cinq premiers acteurs réunissent aujourd'hui 80 % de parts de marché, contre 64 % en 2001. Une concentration rendue nécessaire du fait de la faible croissance du secteur du courtage en ligne en France depuis 2001. Même constat l'an passé : après un bon début en 2004, l'activité s'est ralentie, avec une baisse de 8 % des volumes sur Euronext Paris et de 5 % pour les brokers en ligne, tandis que la volatilité reculait de 15,5 % fin 2004.

Pourtant, Fortuneo croit au potentiel du courtage en ligne. "Le marché pourrait facilement doubler et rattraper son retard vis-à-vis de nos voisins allemands", prédit Paul Mizrahi. Selon ce dernier, les courtiers Internet pourraient gagner des parts de marché sur les banques classiques, "qui n'ont pas adapté leur offre, pratiquent toujours des prix près de quatre fois supérieurs et proposent moins de services." Le président du directoire de Fortuneo affirme ainsi que l'essentiel des ouvertures de compte se fait par un transfert de portefeuille, dont les trois quarts proviennent d'établissements bancaires.

Hier, mardi 8 février, Fortuneo a annoncé un résultat net annuel pour 2004 de 1,7 million d'euros et une marge avant dépenses marketing de 23 %. La société revendique ainsi la meilleure rentabilité du marché français, tout en indiquant réinvestir 52 % de son bénéfice sur le marketing. L'objectif pour 2005 est de porter cette marge à 30 %, tout en conservant une politique commerciale agressive et un même taux de réinvestissement marketing.

En comparaison, son principal rival, le groupe Cortal Consors, a annoncé un bénéfice d'exploitation de 28,3 millions d'euros, soit plus du double que le chiffre de 2003. La filiale de BNP Paribas, présente dans six pays européens ( France, Allemagne, Espagne, Belgique, Luxembourg et Italie), revendique 75.000 nouveaux clients sur l'année 2004, pour un total de 18,6 milliards d'actifs gérés.

  En savoir plus
 Fortuneo
 Paul Mizrahi
 Cortal Consors
Fortuneo reste donc assez loin de ses deux concurrents Boursorama et Cortal Consors, malgré les récentes acquisitions. Toutefois, Paul Mizrahi a fixé un objectif de 15 % de parts de marché à la fin de l'année, tout en affirmant vouloir ravir la deuxième place du marché à Cortal d'ici deux à trois ans.
 
 
Nicolas RAULINE, JDN JDN Finance
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International