Partager cet article

RSS
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

 
 TENDANCE
Sommaire Publicité 
Quand l'e-pub devient un gag
Pour capter l'attention des internautes, les annonceurs se lancent dans une course à l'originalité où l'humour est un atout de premier choix. Décryptage de cette nouvelle tendance.   (22/06/2005)
Affranchie des contraintes des débuts du Web - le poids des images notamment -, grâce à la généralisation du haut débit, l'e-pub vit aujourd'hui à l'heure de l'image et du son. Dans certains cas simple déclinaison online des spots TV, l'e-pub vidéo ose aussi l'originalité, l'exclusivité. Car les annonceurs l'ont compris, Internet n'est plus uniquement complémentaire de la télévision, c'est un média à part entière qui permet de toucher sa cible de manière très fine et d'adopter un ton moins institutionnel que dans les médias traditionnels. D'où un phénomène actuel de multiplication des campagnes publicitaires humoristiques et décalées qui associent teasing, films inédits, mini-site dédié et marketing viral.

Décryptage de cette tendance au travers de quatre campagnes récemment diffusées sur le Net : "Hôtel et conséquences" de l'hôtellerie Accor, "King Coach" du groupe 3M (Post-it), "John Kevin" d'ID TGV et "Arnaud c'est qui" du Fond national de promotion et de communication de l'Artisanat (FNPCA).

Avec un taux de croissance du marché de l'e-pub de 78 % en 2004, Internet est un média de plus en plus investi par les annonceurs. Face à la profusion des bannières et autres formats publicitaires en ligne, et à la maturité croissante de l'internaute qui réfléchit désormais à deux fois avant de cliquer sur une publicité, créativité et inventivité sont devenues les principales armes de visibilité des marques sur le Web. Pour réussir à attirer l'attention des internautes, les annonceurs se lancent donc dans une course à l'originalité. Dans ces conditions, l'humour est un atout de premier choix.

  Voir la pub Accorhotels.com
"Nous avons créé des films volontairement décalés, sur le fond et la forme, pour émerger par rapport à un média de plus en plus utilisé", confirme Dominique Esnault, DG Internet du groupe Accor, qui a lancé le 26 mai dernier sur le Net une campagne au parti pris créatif humoristique, mettant en scène les péripéties malheureuses de couples dans leur chambre d'hôtel. Cette campagne s'appuie sur deux films inédits, développés et diffusés exclusivement sur le Web. Car les codes ne sont pas les mêmes sur le off et le online. Moins rigide que les médias dits traditionnels de par sa culture, Internet offre, exige même, une plus grande liberté de ton.

Une nouvelle forme de communication du message publicitaire encouragée, en outre, par le faible coût du média. "Sur Internet, le ticket d'entrée est incomparablement moins élevé que sur les médias traditionnels, notamment la presse papier, la radio ou la télévision. Nous pouvons donc nous permettre de prendre des risques, d'oser adopter un ton plus percutant", explique Arnaud Lecherf, responsable de la communication d'IDTGV, le concept de train low cost lancé par la SNCF en novembre 2004.

  Voir la pub IDTGV
Pour sa première campagne promotionnelle, la marque a ainsi créé le personnage de John Kevin, un "coach de fabrication française aux méthodes américaines" dont les aventures font l'objet de neuf films d'environ une minute trente diffusés sur le Web depuis le 13 avril dernier. "John Kevin est un coach totalement mytho mais gentil. Le personnage est volontairement exubérant, décalé, car dans le cadre actuel de surenchère du marché de l'e-pub, il faut être très différent des autres pour sortir du lot", affirme à son tour le responsable de la communication d'IDTGV.

Un dispositif marketing complet
Humour, certes, mais avec le plus grand sérieux. Toutes ces campagnes reposent en effet sur un dispositif complet de marketing interactif mixant tous les ingrédients online susceptibles d'accroître la notoriété de la campagne. Point de départ du mécanisme : les amorces ou extraits des films, d'une durée variable entre 5 et 30 secondes, diffusées sous forme de pavé vidéo sur des bannières interactives. A l'instar des bandes-annonces, ces extraits doivent intriguer suffisamment l'internaute pour que celui-ci soit amené à cliquer sur la publicité et se rendre sur le mini-site dédié à la campagne. Dans cette optique de teasing, la marque s'efface.

  Voir la pub Post-it
"Nous ne voulions pas que la mention de la marque soit un frein au trafic", explique Hugo Charousset, directeur de la communication Europe pour la division grand public et bureau de 3M. Effectivement, difficile de retrouver l'identité du groupe américain derrière cette saga en trois leçons de King Coach. En revanche, la marque Post-it, ainsi que sa gamme de produits, sont mises en évidence sur le site dédié à cette opération, Communiquer-postit.com.

Optimiser la rentabilité de l'achat média
C'est également le cas pour le groupe Accor, dont les marques d'hôtels sont fortement présentes sur le site événementiel Hotel-et-consequences.com, même si le dispositif choisi laisse place au suspens : anonyme dans sa première partie, le temps de la visualisation des films humoristiques, le lien vers le site de réservation Accorhotels.com se dévoile progressivement. Beaucoup plus directe, la campagne John Kevin renvoie sur le site IDTGV.com. "Le but pour toute campagne publicitaire est d'optimiser la rentabilité de l'achat média", souligne Arnaud Lecherf.

  Voir la pub Arnaudcestqui
Pourtant, s'il est un média qui laisse une grande liberté aux annonceurs de jouer aux devinettes avec le public, c'est bien le Net et sa capacité à créer du buzz. Un filon exploité avec brio par l'Artisanat dont la dernière campagne de communication, tissée autour du personnage d'Arnaud, a gardé l'anonymat de l'annonceur pendant dix jours. "Cette campagne non signée est une première pour nous, indique Stéphane Muracciole, responsable de la communication du Fond national de promotion et de communication de l'Artisanat (FNPCA). Mais nous avons atteint notre objectif : créer du trafic et du buzz sur le Net."

Le viral favorise la notoriété de la marque
Car au-delà de la recherche d'originalité, l'utilisation d'un ton décalé et humoristique dans des films inédits sur le Web n'a qu'un but : renforcer la visibilité du site événementiel, donc la notoriété de la marque, via la technique du marketing viral. Tous les sites événementiels, sans exception, proposent en effet l'option "envoyer à un ami" au dessous des films de la campagne, l'objectif, dans le cas des campagnes décalées, étant moins de recruter des adresses e-mails que de multiplier les points de contacts avec la marque. "Le choix d'une communication virale favorise la démultiplication d'un message sur le Net, confirme Dominique Esnault. Celui-ci s'inscrit dans le cadre d'une campagne de notoriété et d'image."

Reste encore à maîtriser l'image ainsi véhiculée sur la toile. Des études qualitatives menées dans un second temps par les annonceurs dépend généralement la survie du site dédié à la campagne. Là encore, l'Artisanat se distingue en exploitant jusqu'à son terme le dispositif déployé : depuis la révélation de l'identité d'Arnaud, le site arnaudcestqui.com a disparu au profit de leblogdarnaud.com, un blog sur le thème des métiers de l'artisanat, ouvert à tous les apprentis et artisans. Depuis son ouverture le 19 mai dernier, le site a enregistré plus de 150.000 visites. "Nous avons pulvérisé nos records d'audience et réussi à moderniser l'image de l'Artisanat", se félicite Stéphane Muracciole.

  Les sites
Johnkevin.fr
Hotel-et-consequences.com
Le blog d'Arnaud
Communiquer-postit
Ces campagnes online humoristiques et décalées sont d'ailleurs globalement source de satisfaction pour les annonceurs. Sur les cinq premiers jours qui ont suivi sa mise en ligne, le site Hotel-et-consequences.com a enregistré près de 180.000 visites. De son côté, John Kevin affiche un taux de clic moyen sur les bannières vidéo de 1,4 % tandis que IDTGV.com a recueilli plus de 100.000 visites en un mois de campagne. 3M estime pour sa part être entré en contact avec près de six millions de personnes via la saga King Coach en ligne. Communiquer-postit.com comptabilise plus de 100.000 visites depuis le 1er mai et a enregistré quelque 25.000 demandes d'envoi d'échantillons gratuits. Une deuxième vague King Coach est d'ailleurs prévue pour septembre. "La tendance de l'e-pub aujourd'hui est aux films vidéo décalés car ces formats sont ceux qui génèrent les plus forts taux de clic, qui dopent le trafic des sites, et ce à un coût raisonnable. Ces formats sont sans conteste rentables pour les marques", conclut Arnaud Lecherf.
Emilie LEVEQUE, JDN Sommaire Publicité
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International

A VOIR EGALEMENT

 
--> _externe/pieddepage/homepage.shtml" --> -->