MOBILE 
Sommaire Mobile
SFR et Universal s'accordent sur la musique mobile
La major va fournir une partie de son catalogue à l'offre de téléchargement mobile de SFR. Une chaîne musicale interactive 3G est lancée.   (08/07/2005)

  En savoir plus
 SFR
Dossier Mobiles, la nouvelle génération
La musique s'affirme comme l'un des enjeux principaux de la 3G. SFR signe ainsi un accord avec Universal qui porte sur l'élargissement du catalogue de titres disponibles en téléchargement sur le portail multimédia Vodafone Live et sur le lancement d'une chaîne de télévision sur mobile, interactive et musicale. Label Studio TV, c'est son nom, explore une nouvelle voie de diffusion. Pour y accéder, les abonnés 3G de SFR devront composer un numéro de téléphone. La connexion se fera alors par visiophonie. Une nouveauté qui permet une interactivité complète entre l'utilisateur et la chaîne, mais qui a un coût.

Le service est facturé sur le prix normal d'un appel en visiophonie, plus 2,13 euros par appel pour l'accès à la chaîne. Une formule loin d'être idéale pour développer l'usage, même si les dirigeants de SFR affirment s'être basés sur les paniers existants dans ce domaine en Audiotel. L'équipe réfléchit toutefois à un modèle par souscription avec un forfait permettant d'accéder à la chaîne pour une certaine durée, comme cela se pratique déjà aux Etats-Unis.

Le système interactif de Label Studio TV permet entre autres, lors de la diffusion d'un clip, d'acheter le morceau correspondant, la sonnerie ou le logo, de revenir en arrière ou de rejouer une séquence, d'accéder à une autre chaîne, IMF (musique internationale) ou encore de jouer ou de réaliser son propre mix. La visiophonie permet également à l'utilisateur de se filmer pour poser une question à un artiste ou envoyer un commentaire. Cette nouvelle chaîne, entièrement conçue pour le mobile, comme auparavant LCI Mobile ou Live 1, cible en priorité les jeunes. Elle s'inscrit dans un mouvement de production de contenus exclusifs pour mobile entamé cette année et qui, selon Frank Esser, PDG de SFR, "devrait s'accentuer à l'avenir".

Autre volet de l'accord : Universal fournira au portail SFR 100.000 nouveaux titres, ce qui porte le catalogue disponible à 400.000 morceaux téléchargeables en intégralité. Le deuxième opérateur français mise beaucoup sur l'écoute de musique sur mobile. Au mois de juin, SFR a enregistré 26.000 téléchargements de titres, ainsi que 15.000 vidéos clips à l'acte. Des chiffres qui restent bien en-deçà de ceux de la personnalisation. Sur la même période, le portail de SFR a engendré 550.000 téléchargements de sonneries, 320.000 de logos et de fonds d'écran ou encore 160.000 de messages de répondeurs. Mais l'opérateur estime que la part d'écoute de services à valeur ajoutée ne cessera de croître aux dépens de celle de la personnalisation.

Aujourd'hui, SFR évalue le marché de la musique sur mobile à 200 millions d'euros en France, soit 10 % du marché de la musique en général. S'appuyant sur une étude AT Kearney, l'opérateur pense que cette part devrait être de 25 % en 2007, soit un marché global de 600 millions d'euros. Quant aux téléphones compatibles avec l'écoute de musique, ils devraient atteindre, selon les mêmes prévisions, les 15 millions d'unités en circulation 2007 (source Informa Media).
Le temps de téléchargement reste long

Ce qui a fait dire à Pascal Nègre, président d'Universal Music France, lors de la conférence de présentation de l'accord, que "la musique digitale sera essentiellement consommée sur mobile demain". La musique sur mobile représenterait aujourd'hui, selon lui, 4 à 5 % du chiffre d'affaires d'Universal, soit l'équivalent de ce que réalise la major avec les magasins Virgin Megastore.

Malgré ses perspectives, il subsiste encore de nombreuses interrogations autour du modèle de la musique sur mobile. Le temps de téléchargement reste, tout d'abord, relativement long : autour d'une minute pour un téléphone 3G utilisant le format de compression AAC+, mais bien plus en fait pour la majorité des terminaux. Dans ce domaine, les durées devraient tomber avec l'arrivée de la norme HSDPA, fin 2005 ou courant 2006. SFR annonce que le temps de téléchargement d'un titre pourrait alors se réduire à quinze secondes.

La deuxième incertitude concerne les usages. Alors que les utilisateurs de mobile plébiscitent des fonctions d'échange entre eux, notamment en peer-to-peer (lire l'article du 22/06/2005), aucune offre commerciale n'a encore été lancée à grande échelle. Le service interactif présenté par SFR et Universal n'inclut pas ces fonctionnalités.

  En savoir plus
 SFR
Dossier Mobiles, la nouvelle génération
Enfin, la principale barrière pourrait demeurer les DRM. Comme sur le Web, aucun accord n'a été trouvé pour uniformiser les normes. Les titres téléchargés sur le site SFR Music sont, certes, transférables sur le mobile, mais la convergence s'arrête là. Les différentes plates-formes ne sont toujours pas interopérables, et la consommation des titres en est freinée. Sans doute l'un des prochains casse-têtes pour opérateurs et majors.
 
 
Nicolas RAULINE, JDN Sommaire Mobile
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International