LE NET 
Sommaire Le Net
Boursorama poursuit sa diversification avec Caixa
En rachetant pour 230 millions d'euros la filiale française de la Caixa Bank, Boursorama, dont l'activité a doublé en un an, veut créer une véritable banque directe et dispose désormais d'un réseau d'agences.   (17/05/2006)

Boursorama a quasiment doublé son activité en un an, mais ne devrait pas s'arrêter là. En même temps que ses résultats trimestriels, le groupe de services financiers en ligne annonce le rachat effectif de Caixa Bank France. Une acquisition qui suit un premier trimestre 2006 dynamique, avec un chiffre d'affaires en hausse de 86 % sur un an, à 52,1 millions d'euros, pour un bénéfice net de 8,3 millions d'euros, soit une progression de 93 %. Des résultats globalement meilleurs que ceux de l'année 2005 (lire l'article du 15/02/06), mais qui ne suffisent pas à rassurer des investisseurs semble-t-il inquiets de ce rachat. Le titre perdait près de 2 % mardi.

Le courtage en ligne est plus que jamais l'activité principale de Boursorama, avec un chiffre d'affaires de 35,7 millions d'euros, représentant 69 % de l'activité, contre 63 % il y a un an. Les revenus issus des services d'épargne (assurance vie et OPCVM) doublent également, à 5,8 millions d'euros. Enfin, la publicité sur le portail a généré 2,5 millions d'euros, soit une hausse de seulement 22 %, alors que le site a séduit deux fois plus de visiteurs uniques (4,5 millions en mars, source interne).

Le rachat de la filiale française de Caixa Bank marque une nouvelle étape dans l'élargissement de l'offre du groupe : celle de la banque directe. Une opération de 230 millions d'euros, dont près de la moitié en cash, qui permet à la Caixa de détenir 20 % du capital de Boursorama. La Société Générale, maison mère du portail, en garde 57 % et le public 23 %. La diversification vers la banque directe généraliste était discutée depuis plus d'un an. Le coup d'accélérateur est venu de Daniel Bouton, le PDG de la Société Générale, qui propose à la fin de l'année 2005 l'opportunité du rachat de Caixa Bank France.

Un choix judicieux, selon Boursorama, puisque la filiale française de la banque espagnole privilégie depuis longtemps les relations en ligne avec ses clients (lire l'article du 22/10/04), dont 45 % utiliseraient Internet pour leurs opérations courantes. Pour élargir sa clientèle, le groupe mise sur l'audience importante de son portail, qui produirait plus de 12.000 prospects qualifiés chaque mois, avec un taux de conversion revendiqué de 20 à 25 %. La nouvelle offre devrait être lancée en décembre sous la marque "Boursorama banque". Elle proposera une gamme complète de produits bancaires, y compris les comptes rémunérés, les produits courants et les financements immobiliers.

Un tiers des agences Caixa conservées
Avec ce modèle de banque directe, (dont un centre d'appel intégré de 77 personnes), près des deux tiers des agences Caixa vont disparaître. Seules 20 seront conservées, pour convaincre des prospects et pour les opérations les plus complexes, telles que la signature de crédits. L'acquéreur affirme que tous les salariés des agences qui fermeront seront reclassés dans le groupe Société Générale. Il estime que ce rachat devrait entraîner des économies de 17 millions d'euros en 2007, grâce à la mutualisation notamment de la plate-forme transactionnelle et du back-office.

Pour continuer son développement, les dirigeants de Boursorama disent continuer de regarder les possibilités de croissance externe, à l'étranger cette fois. Le groupe semble avoir digéré ses acquisitions de 2005, Veritas en Allemagne et Squaregain au Royaume-Uni. L'activité allemande est ainsi devenue rentable (100.000 euros de bénéfices pour un chiffre d'affaires de 7,1 millions d'euros), alors que le chiffre d'affaires outre-Manche s'établit à 10,2 millions d'euros, avec un résultat net de 500.000 euros.
 
 
Baptiste RUBAT du MERAC, JDN Sommaire Le Net
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International