Partager cet article

RSS
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

 
LE NET 
Sommaire Le Net
Google s'offre Youtube pour 1,65 milliard de dollars
Le moteur de recherche s'offre le premier site de partage et de diffusion de vidéos sur Internet. Premières analyses sur l'impact de cette acquisition.   (10/10/2006)

  En savoir plus
Dossier Web 2.0
  Le site
YouTube
Après trois jours de rumeurs incessantes, Google a annoncé lundi soir l'acquisition du site de partage de vidéos Youtube pour 1,65 milliard de dollars. L'opération, approuvée par les conseils d'administration des deux sociétés, devrait être finalisée à la fin du quatrième trimestre 2006. En fonction des termes de l'accord, Youtube conservera son indépendance, ses 67 employés et son siège. Selon les premières estimations, les deux fondateurs de Youtube, Steve Chen et Jawed Karim pourraient empocher entre 100 et 200 millions de dollars. Un record pour un site fondé il y a de cela 19 mois et financé à hauteur de 11 millions de dollars par Sequoia Capital.

Pour Google aussi, ce rachat est historique. C'est la première fois que le moteur de recherche, habitué à acquérir des start-ups pour des sommes relativement modiques, investit massivement pour prendre le contrôle d'un concurrent. La mariée est certes belle : la plate-forme communautaire de partage de vidéos sur Internet n'en finit plus de battre des records. Le trafic du site est passé de 13 millions de visiteurs uniques en mai 2006 à plus de 20 millions en août, soit une hausse de 60 % en 3 mois. Une audience importante drainée par les quelques 100 millions de vidéos diffusées chaque jour. Et le nombre de films hébergés augmente à raison de 65.000 nouvelles séquences par jour.

Si Google domine largement le marché des moteurs de recherche, qui reste son cœur de métier, il n'en va pas de même sur le marché de la vidéo en ligne, largement dominé par YouTube. Une étude Hitwise réalisée en septembre 2006 révélait ainsi que le site Youtube.com détenait 46 % des parts du marché des plates-formes de diffusion de vidéo devant MySpace (21 %) suivi de Yahoo, MSN et Google (11 %). Selon les estimations pour le marché français, Youtube canaliserait un trafic mensuel de plus de 2 millions de visiteurs, trois fois plus que Google Video, et l'écart ne cesse de s'accroître.

Une étude IDC réalisée cette année estime que le marché de la vidéo en ligne a généré 230 millions de dollars de revenus en 2005 et devrait atteindre 1,7 milliard en 2010. Une manne que Google n'était donc pas disposé à laisser échapper. En plus de permettre à Google d'acquérir une position dominante sur le marché de la vidéo, cet accord offre au moteur de recherche l'opportunité d'améliorer la plate-forme de YouTube grâce à son savoir-faire technologique. Une synergie qui pourrait notamment permettre à Google d'implémenter au plus vite une solution de modération des vidéos en violation du droit d'auteur. L'identification de contenus inappropriés est en effet une condition sine qua non de l'utilisation du service à des fins commerciales.

La légalité des vidéos hébergées sur Youtube constitue le problème principal de son nouveau propriétaire. Alors que les vidéos les plus regardées sur Google Vidéo sont à tendance "adultes", les séquences à plus forte audience sur Youtube sont souvent des clips mis en ligne par des internautes sans l'accord des ayants-droits. Quelques heures avant le rachat, Youtube annonçait des accords avec CBS, Universal Music et Sony BMG - après l'accord conclu le mois dernier avec Warner Music. Les observateurs craignent toutefois que Google ne fasse les frais de procès à venir avec d'autres producteurs dont les contenus seraient abusivement utilisés sur le site à des fins commerciales.

  En savoir plus
Dossier Web 2.0
  Le site
YouTube
En retour YouTube représente une opportunité unique pour permettre à Google d'implémenter à grande échelle une nouvelle solution de contextualisation de publicités vidéo sur le modèle de Adsense, qui pourraient être affichées à l'entame des séquences. YouTube affiche déjà des ensembles de liens sponsorisés textuels fournis par Google. Des revenus que le moteur de recherche va donc pouvoir réintégrer dans son compte de résultats. Enfin, le rachat de Youtube relance les spéculations autour d'un hypothétique projet de Google de créer un réseau mondial de diffusion de contenus vidéos. La première pierre serait Youtube pour l'infrastructure de diffusion. La seconde pourrait être le backbone Internet Level3, qui fait l'objet de rumeurs d'acquisition par le moteur de recherche depuis quelques jours.
 
 
Guillaume Devaux et Alain Steinmann, JDN Sommaire Le Net
 
Accueil | Haut de page

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International

A VOIR EGALEMENT