TROIS QUESTIONS A 
Sommaire Le Net
Isabelle Moins (Annoncesjaunes) : "Nous ne sommes pas un portail sectoriel, mais un généraliste de la petite annonce"
Racheté en août 2006 par le fonds d'investissement KKR, Pages Jaunes investit aujourd'hui le secteur des petites annonces. La directrice générale de ce projet revient sur ses tenants et aboutissants.   (11/01/2007)

  Le site
Annoncesjaunes.fr

Après Rue du Commerce qui a investi le secteur des petites annonces en décembre dernier (lire l'article du 18/12/06), c'est au tour de Pages Jaunes de sauter le pas, avec un tout nouveau site en beta Annoncesjaunes.fr, édité par une filiale spécialement créée à cette fin. Isabelle Moins, directrice générale de Pages Jaunes petites annonces revient sur les raisons de ce lancement, son modèle économique et le positionnement du site.

JDN. Pourquoi Pages Jaunes lance-t-il aujourd'hui un service de petites annonces ? Ce lancement a-t-il un rapport avec la vente du groupe au fonds d'investissement KKR ? Et pourquoi avoir créé une filiale spécifique ?
Isabelle Moins. En fait, la réflexion sur ce projet de petites annonces est bien antérieure à la reprise de Pages Jaunes par KKR, puisqu'elle date de la fin de l'année 2005. Il n'y a donc pas de relation de cause à effet entre ces deux événements. Ce projet s'inscrit plutôt dans une logique de croissance sur de nouveaux types d'activités. Tout comme nous avons lancé de nouveaux services Internet autour du 118.008, nous entrons aujourd'hui sur le secteur des petites annonces en ligne. Internet est désormais très mature et les petites annonces ont de plus en plus tendance à migrer sur le Net. C'était pour nous une réelle opportunité. D'autant que nous pensons avoir quelques atouts. Pages Jaunes est une marque reconnue auprès des professionnels, ce qui facilite la mise en place de passerelles entre les deux sites. Nous pensons, à cet égard, pouvoir profiter de l'audience de Pages Jaunes. Quant à la création d'une filiale distincte en juillet 2006, ce choix a été fait pour des raisons de réactivité.

 Il existe des acteurs historiques bien installés sur ce marché et de nombreux projets voient le jour ces derniers temps. Ne craigniez-vous pas une forte concurrence ?
Effectivement, de nombreux projets ont été lancés ces derniers temps. Mais ils concernent pour la plupart des annonces de particuliers à particuliers, et reposent sur un modèle gratuit. Ce qui n'est pas notre cas. Annoncesjaunes.fr s'appuiera dès la fin du mois de janvier sur un modèle payant, qui prendra la forme d'un abonnement pour la soumission d'annonces. Quant à nos fournisseurs, ce sont essentiellement des professionnels et non pas des particuliers. Nous ouvrirons toutefois, dès la fin janvier, notre rubrique automobile aux annonces de particuliers, ce qui ne sera pas le cas de la partie consacrée à l'immobilier, car ce marché ne mêle jamais ces deux genres.

Pourquoi l'immobilier et l'automobile ? Pensez-vous, à termes, ouvrir d'autres rubriques ? Et quels résultats attendez-vous ?
Effectivement, nous pensons ouvrir à termes d'autres rubriques. Nous ne voulons pas être un portail sectoriel, mais être un généraliste de la petite annonce. Quant au choix des secteurs pour le lancement de cette beta, il se justifie par deux facteurs. Tout d'abord, ces deux secteurs connaissent une forte croissance sur Internet. Les audiences des sites automobiles ont augmenté de 40 % en un an, et ceux de l'immobilier de 19 %. Ensuite, ce sont des domaines que, grâce à Pages Jaunes, nous connaissons bien. Sur 18.000 agences immobilières qui existent en France, 11.000 sont inscrites sur Pages Jaunes. Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, que toutes vont souscrire à Annoncesjaunes.fr. Mais elles nous connaissent et nous pouvons leur proposer des services dédiés. Comme par exemple, faire des liens sur la fiche d'une agence sur Pages Jaunes vers ses annonces.

  Le site
Annoncesjaunes.fr
Côté objectifs, je ne peux pas vous les donner. En revanche, je peux vous dire que nous avons actuellement 15 partenaires dans le domaine de l'immobilier, parmi lesquels Century 21, Nexity, ou encore Blot, ce qui correspond à environ 3.000 agences. Dans le domaine de l'automobile, nous avons une quarantaine de partenaires, soit 1.500 concessions. Nous espérons d'ailleurs atteindre les 2.000 dès la fin du mois de janvier. Enfin, nous voulons que notre site propose une expérience de navigation très différente de celle de nos concurrents. C'est d'ailleurs l'objectif de cette beta sur laquelle nous allons largement communiquer : faire en sorte de pouvoir recueillir le maximum d'avis des internautes et modifier le site si nécessaire.
 
 
Anne-Laure BERANGER, JDN Sommaire Le Net
 
Accueil | Haut de page

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Chaine Parlementaire Public Sénat | Michael Page Interim | 1000MERCIS | Mediabrands | Michael Page International