Actualité / Le Net
Vendredi 29 octobre 1999

RESpublica, le pouvoir à LibertySurf

Après un an d'existence en solo, RESpublica, la société qui édite le site de communauté virtuelle du même nom, se rapproche de LibertySurf. Le FAI gratuit, propriété des groupes Bernard Arnault et Kingfisher, prend une participation majoritaire dans le capital de RESpublica. "Les discussions ont débuté cet été bien avant la mise en place de la nouvelle version présentée mi-septembre", explique Christophe Dupont, PDG de la société. "Au début, nous cherchions du capital-risque. Mais ces investisseurs voulaient entrer dans le capital d'une manière purement capitalistique sans perspectives stratégiques. Après avoir pris en compte les intérêts de la société, nous avons préféré nous rapprocher d'un grand groupe, en l'occurence LibertySurf, qui va nous permettre d'accélérer notre développement, notamment au niveau européen", justifie-t-il. Le montant de l'investissement n'a pas été communiqué. La nouvelle composition du capital de la société n'entraîne pas de changement au niveau de son organigramme. Le siège de la société, ainsi que le gros de l'effectif (environ 20 personnes), reste à Sophia-Antipolis mais un bureau communication-marketing va ouvrir à Paris. A signaler toutefois une nouvelle recrue: Thierry Fossaert, ex-Marcopoly, qui prend les fonctions de directeur de la communication chez RESpublica.
Dorénavant, le mot d'ordre est synergie. Et Christophe Dupont parle déjà avec la discipline de groupe: "LibertySurf a vocation à devenir le leader en Europe : Nous avons une stratégie de groupe cohérente sur Internet : un FAI, un guide de recherche [Nomade NDLR] et RESpublica, dont l'objectif est de fidéliser les internautes".
Les effets de synergie commencent à être tangibles: depuis un mois, RESpublica est le fournisseur privilégié de pages perso sur Nomade au détriment de MultiMania auparavant. En revanche, LibertySurf continue de proposer sur son site ses propres pages perso. "Il serait naturel que les choses se passent comme sur Nomade", estime le PDG de RESpublica.
L'annonce de RESpublica rappelle l'épisode du rachat de Nomade par LibertySurf survenue en juillet dernier. "Je connais bien les responsables de Nomade. Nous pouvons dire que, sur certains aspects, les conditions de rapprochement entre Nomade et LibertySurf constituent un deal proche du nôtre mais les données capitalistiques sont différentes", indique Christophe Dupont. LibertySurf avait complété sa palette la semaine dernière en rachetant l'opérateur télécom AXS Télécom.
Les prochaines étapes sont une grande campagne de communication qui devrait commencer d'ici une quinzaine de jours mais aussi la mise en place d'une série de services communs entre Nomade et RESpublica. Depuis la nouvelle version de RESpublica mi septembre, environ 20.000 internautes ont rejoint le site de communauté virtuelle. Le nombre d'adhérents s'établit maintenant à 75.000. MultiMania communiquait début octobre de son côté sur le chiffre de 200.000. "Nous considérons que MultiMania est davantage un hébergeur gratuit qu'un site de communauté virtuelle. Du temps de Mygale, des membres nous ont rejoints en voyant l'évolution marketing de MultiMania", indique Christophe Dupont. Maintenant adossé à LibertySurf, ce revers ne pourrrait-il pas arriver à RESpublica ? "Je ne pense pas. Je ne crois pas que LibertySurf dispose d'une mauvaise image sur Internet", explique Christophe Dupont. [Philippe Guerrier, JDNet]

Au sommaire de l'actualité


 

 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires
 
 

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages