Google Dart : le challenger de JavaScript monte en puissance

Le géant dégaine la version 1.1 du SDK de son langage de script. Pour l'occasion, il met en avant une amélioration de 25% de la performance d'exécution.

La version 1.1 du kit de développement (SDK) de Dart, langage proposé par Google comme alternative à JavaScript, est dans les bacs. Pour l'occasion, le groupe de Mountain View revendique une performance d'exécution en progression de 25% comparé à la première version stable du SDK.

"Ce qui fait que le temps d'exécution est désormais proche de celui du JavaScript", souligne Seth Ladd, développeur du langage, graphique à l'appui (voir ci-dessous). "Dart2js génère maintenant un code JavaScript dont la performance est aussi bonne, si ce n'est meilleure, que l'équivalent JavaScript idiomatique." Les applications Dart peuvent en effet être converties en JavaScript en vue d'être exécutées par le biais d'autres navigateurs.

Sur le plan des possibilités serveur du langage, Google introduit la prise en charge de fichiers plus lourds et la copie de fichier notamment. Seth Ladd souligne aussi le support d'UDP, qui "facilite par exemple la prise en charge du streaming de contenu média dans les apps". Quant à l'éditeur de Dart, il fait l'objet d'améliorations autour du débogage et de la complétion de code.

Inspiré de Java, Dart introduit un typage fort, mais qui reste optionnel. Les programmes écrits en Dart s'exécutent par le biais d'une machine virtuelle, dont Google souligne les performances comparées à celles de JavaScript. Pour l'heure, Dart n'est pris en charge, en natif, que par Chrome.

dart
Richards benchmark. © Capture

 Site du projet Dart

Serveurs / Google