Visual Studio 2010 : cap sur la gestion du cycle de vie des applications (2) Team Lab Management : tracer les contextes d'exécution des tests

Associer des environnements d'exécution à des cas de test


Exécuter des tests pose souvent le problème du contexte d'exécution. Un des points les plus délicats dans la gestion des tests est l'impossibilité pour un développeur de reproduire l'erreur décrite par le testeur du fait d'un environnement d'exécution différent. Cette problématique, appelée chez Microsoft "no-repro" est un cas particulièrement difficile à résoudre.

 

Des contextes d'exécution faisant appel à des techniques de virtualisation

Pour palier ce problème, Microsoft propose avec Team Lab Management la possibilité d'associer des contextes d'exécution à des cas de test. Ces contextes utilisent la virtualisation et permettent de définir l'environnement sous lequel va s'exécuter le test.

 

Reproduire les contextes d'exécution des testeurs

 

Ce qui est puissant avec ce mécanisme, c'est que le contexte ne se limite à une machine mais peut regrouper un ensemble de machines (client et serveur par exemple) ainsi que les capacités réseau. L'autre grand avantage repose sur la possibilité de conserver les environnements d'exécution au moment de l'erreur et de les stocker pour une réutilisation par le développeur chargé de résoudre l'erreur. Avec ce mécanisme, le développeur est assuré de conserver les environnements d'exécution que le testeur.

 

Conclusion


Après ce rapide tour d'horizon de Visual Studio et de Team Foundation Server, nous sommes avec cette version 2010 en présence d'une solution mature et complète permettant de mettre en œuvre de façon pragmatique et optimale tous les concepts de l'ALM. Une approche qui offre un pilotage dans la transparence des projets, en favorisant l'excellence, la responsabilisation des équipes, tout en mesurant et en améliorant la qualité.

Microsoft / Gestion de projet