Amazon US et UK déploient des casiers de livraison

A Seattle, San Francisco, New York, Washington et Londres, ses clients peuvent retirer leurs commandes dans des casiers accessibles en libre service.

Le géant de l'e-commerce a entrepris de déployer ses casiers dans plusieurs villes américaines – Seattle, San Francisco, New York et Washington DC – ainsi qu'à Londres. Conçus sur le même principe que Cityssimo de La Poste ou que les Packstation de DHL en Allemagne, les Amazon Lockers abritent des casiers où les cyberacheteurs qui ont choisi ce mode de livraison durant le check-out peuvent venir retirer leurs commandes en libre-service, au moyen d'un code unique envoyé par e-mail. Sauf qu'Amazon a ajouté un raffinement supplémentaire : au bout de trois jours, si le colis n'a pas été retiré par le client, il est retourné à Amazon pour un remboursement. Ce mode de livraison est éligible pour les produits suffisamment petits et légers pour rentrer dans ces casiers. Mi-août, Amazon UK a par ailleurs signé avec le réseau britannique de points de retrait Collect+ de la société Paypoint, qui compte 4900 relais au Royaume-Uni. Ce réseau de petits commerces permettra également aux clients britanniques du site de retourner leurs commandes.

Un modèle des casiers de livraison est également développé par la start-up canadienne BufferBox, incubée depuis peu par le californien YCombinator. BufferBox, qui ambitionne de se positionner comme le service alternatif destiné aux concurrents d'Amazon, vient d'annoncer avoir signé avec Walmart eCommerce pour déployer des casiers dans les magasins du distributeur, ainsi qu'avec Google pour installer des casiers sur le campus de la firme. Selon le cofondateur de BufferBox, Mike McCauley, qui s'exprimait lors du "Demo Day" de YCombinator, "60% des livraisons échouent parce que personne n'est à la maison".

Amazon / Logistique