3D Secure : la France à la traîne de l'Europe


Le système de sécurisation des paiements ne concerne que 13 % des transactions électroniques en France, contre une moyenne européenne de 48 %.

La proportion des transactions 3DSecure en Europe se stabilise à 48 %, contre 52 % de transactions classiques SSL, affirme la plate-forme de paiement en ligne Ogone dans son troisième baromètre 3DSecure, réalisé auprès de 6 100 e-commerçants européens en février 2010. Ce système de sécurisation des paiements, déployé sous les noms Verified by Visa et MasterCard SecureCode, a pour objet de vérifier l'identité de l'acheteur qui paie en ligne par carte bancaire. Parmi les paiements effectués en 3DSecure, le nombre de transactions pour lesquelles le porteur de carte s'est authentifié connaît une forte poussée, atteignant 69 % en février 2010 contre 45 % en mai 2009.

En France en revanche, 3DSecure ne concerne que 13 % des transactions en ligne, tandis que les paiements 3DSecure avec authentification du porteur de carte représentent 94 % de ces transactions. C'est au Royaume-Uni que 3DSecure est le plus répandu, puisqu'il s'applique à 96 % des transactions. L'authentification du porteur de carte, qui s'est développée plus tardivement outre-Manche, n'est à l'œuvre que pour 83 % des paiements 3DS.

Patrick Flamant, country manager France d'Ogone, s'étonne que la France soit à la traîne : "Un retard toujours aussi surprenant car 3D Secure constitue une véritable sécurité pour les e-commerçants". Ces derniers semblent cependant bien loin d'être convaincus de l'intérêt pour eux du système de sécurisation des paiements (lire le dossier 3DSecure : le cauchemar de l'e-commerce, du 17/03/2010). Ogone admet d'ailleurs un taux d'échec des transactions 3DS bien plus élevé en France (13 %) qu'en Europe (9,7 %) ou au Royaume-Uni (3 %), émettant l'hypothèse d'un manque d'information des consommateurs ou d'occasions pour eux de s'authentifier.

SSL / 3DSecure