Pourquoi Amazon veut se constituer une flotte d'avions

La saturation des expressistes comme UPS constitue un frein à la croissance d'Amazon, qui a décidé de prendre les choses en main.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Amazon est en train de négocier la location de vingt Boeing 767 afin de constituer sa propre flotte d'avions, révèle le Seattle Times. Le géant américain de l'e-commerce souffre en effet de l'étranglement des flux de colis expédiés au travers de transporteurs tels qu'UPS, qui peinent à absorber la croissance rapide des commandes en ligne.

Il n'en fallait pas plus à Jeff Bezos pour envisager qu'Amazon prenne en charge une part plus importante de ses livraisons, notamment par avion. Et d'après le quotidien, l'e-marchand a approché au moins trois acteurs du leasing d'avions cargo dans cette optique. L'e-commerçant dispose déjà d'un projet pilote à Wilmington dans l'Ohio où l'un d'eux, Air Transport Services Group, opère déjà cinq avions pour lui. Selon le Seattle Times, la décision de sortir de la phase de test et de se lancer dans le transport par avion pourrait être prise d'ici la fin janvier 2016.

Les avions supplémentaires seraient probablement aussi basés à Wilmington. Toutefois, les Boeing 767, modèle d'avion préféré pour transporter des colis car ils peuvent contenir jusqu'à 19 palettes, sont extrêmement demandés. Mettre la main sur une vingtaine d'entre eux ne sera donc pas chose aisée. Mais Amazon est sans doute très motivé pour éviter que ne se renouvelle la débâcle de la fin 2013 lorsqu'UPS, saturé, avait livré bon nombre des clients Amazon après Noël. On pourrait également imaginer que pour rentabiliser cette nouvelle infrastructure, Amazon propose ce service à d'autres marchands à la façon de son offre de stockage et d'expédition FBA.

Que ce projet aboutisse ou pas, il constitue à tout le moins un important coup de semonce pour les transporteurs expressistes, incapables désormais de soutenir la croissance du leader mondial de l'e-commerce.

Amazon / UPS