ACTU
 
01/02/2008

Peugeot va pas à pas vers la vente en ligne

Le constructeur automobile a lancé un site permettant de choisir un véhicule. Le paiement se fait pour l'instant toujours chez le concessionnaire, mais cela pourrait changer d'ici la fin de l'année.
  Envoyer Imprimer  

 
En savoir plus
 
 
 

Si le Web regorge de sites de petites d'annonces de véhicules, la vente de voitures neuves est encore peu développée. Quelques revendeurs se positionnent sur ce créneau, mais aucun constructeur n'a encore franchi le pas. Peugeot semble en tout cas l'un des plus actifs, avec un nouveau plan pour aller progressivement vers la transaction en ligne au travers de son nouveau site Peugeot Webstore.

 

Le site a été mis en ligne de manière confidentielle fin décembre avec un début de référencement payant et l'inclusion dans les spots TV de la marque. Il permet à l'internaute de sélectionner un véhicule via un moteur multi-critères puis d'être orienté vers une concession, ou de choisir d'abord le point de vente. Un système centralisé met à jour les stocks de tous les points du réseau. Chaque concessionnaire peut cependant en back office retirer certains modèles et peut aussi fixer les prix. "Avec cette première étape nous voulions permettre aux clients d'entamer une démarche commerciale en ligne, comme s'il se trouvait chez un concessionnaire", explique Emmanuel de la Bouillerie, en charge du marketing opérationnel à la direction commerciale de Peugeot.

 

Deux nouvelles étapes devraient être franchies cette année. Au deuxième trimestre, des ventes flashs seront organisées en nombre limité et sur quelques modèles sélectionnés. Plus que des ventes, il s'agira en fait de réservation puisque les voitures seront "bloquées" pendant deux à trois jours dans les concessions. Peugeot avait déjà bousculé le secteur en organisant il y a un an une vente privée en ligne (lire Quel avenir pour les ventes événementielles de voitures ?, du 07/03/07). Mais le constructeur compte aller plus loin fin 2008 en proposant aux internautes de payer un accompte sur le site.

 

Peugeot s'est inspiré de ce que fait déjà Ford aux Etats-Unis mais l'industrie automobile apparaît réticente à aller jusqu'au paiement complet en ligne. D'après Emmanuel de la Bouillerie, il s'agit surtout de difficultés techniques et réglementaires. Par exemple, le délai de rétractation imposé dans la vente à distance à partir de la livraison fait qu'un véhicule neuf "rendu" devient véhicule d'occasion. L'inquiétude viendrait donc moins des concessionnaires. "Le projet a été construit avec le réseau début 2007. Les premières craintes ont vite été dissipées, car ce site n'est finalement rien d'autre que la représentation sur le Net des points de vente", assure-t-il. 440 concessions sur 450 participeraient.

 

 
En savoir plus
 
 
 

Des réticences existent surtout du côté consommateurs. "Ce n'est pas anodin de cliquer sur 'Ok' pour dépenser 15.000 euros. Il y a un frein psychologique. Mais les choses évoluent et il y a pour nous un tournant à ne pas manquer", explique Emmanuel de la Bouillerie. Selon une étude de Cap Gemini d'octobre 2007, 28 % des Français se déclarent "très" ou "plutôt prêts" à acheter une voiture en ligne, soit la plus forte proportion des pays étudiés. En attendant, les premières ventes ont eu lieu grâce au nouveau site. Peugeot voudrait obtenir fin 2008 un taux de contact vers ses points de vente de 0,5 à 1 %, pour une audience entre 250 et 300.000 visiteurs uniques.

 


Sommaire e-commerce Envoyer Imprimer Haut de page

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages