Vitrines Parisiennes : la mode des créateurs à portée de clic

Depuis six mois, Vitrines Parisiennes présente un nouveau concept sur le Web : proposer l'achat de vêtements à partir de photos de mode. Le site compte déjà 300.000 membres.

Vitrines Parisiennes est à mi-chemin entre un site de vente privée et une galerie marchande, entre un magazine de mode et un catalogue. Lancé en novembre 2007, ce site de e-commerce a choisi de ne pas oublier le côté artistique et créatif du prêt-à-porter. Son concept est simple : mettre en ligne chaque semaine des "vitrines" - disons des mises en scène - où tous les vêtements et accessoires que portent les modèles peuvent être achetés en quelques clics, livrés 72 heures plus tard.

 

Tous les mardis et vendredis sont ainsi publiées de nouvelles vitrines, soit six silhouettes différentes par semaine. Pour chaque produit, de la paire de chaussure au bijou en passant par la robe, 5 à 30 pièces sont mises en vente. "Nous ne voulons pas faire du volume à tout prix", insiste Frédéric Allard, co-fondateur de Vitrines Parisiennes.

 

Côté marques, le site fait son marché parmi les nouveaux créateurs et les marques tendances, du moyen au haut de gamme, et uniquement sur les collections en cours. Ici, le déstockage est banni. Depuis sa création, Vitrines Parisiennes a travaillé avec une trentaine de marques, certaines connues - Lynn Adler, American Vintage, Joe's Jean, d'autres plus confidentielles. Six mois après son lancement, le site enregistre déjà 300.000 membres, "dont 80 % se rendent sur le site dès qu'ils sont prévenus de l'arrivée d'une nouvelle vitrine", ajoute Frédéric Allard.

 

Très formaté Web agency, ce dernier travaille dans la construction de plates-formes en ligne depuis plus de 10 ans. Il s'est associé à sa femme, Aude Allard, styliste pour qui les marques tendances n'ont plus de secret, et qui court les salons à la recherche de nouveaux créateurs. Photographes, acheteurs, designers et magasiniers viennent compléter l'équipe - une quinzaine de personnes au total, pour gérer l'intégralité du fonctionnement du site. La création de la plate-forme marchande, le design du site et le développement du logiciel de gestion des stocks ont également été faits en interne.

 

vitrinesparisisennes
Les nouvelles silhouettes du vendredi 23 mai sur Vitrinnes Parisiennes © Capture d'écran faite le 23/05/2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aussi parisienne que peut paraître cette nouvelle galerie, elle n'en est pas moins basée à Nice. 80 % des achats qui y sont effectués sont de surcroît expédiés en province. Au second semestre 2009, le site a l'ambition de se lancer à New York et à Tokyo, "où notre nom prendra tout son sens", justifie Frédéric Allard. D'ici là, le site prépare deux nouvelles versions. La première, prévue pour les semaines à venir, intègrera une boutique en ligne où l'internaute pourra retrouver les derniers articles des vitrines liquidées, ainsi que ceux n'ayant pu être mis en scène. Progressivement, le site s'essayera également à la mode masculine et aux articles de décoration.

 

En septembre, la troisième version proposera des scénographies dédiées à une seule griffe, comme des "portraits de marque". Le nombre de silhouettes proposées par semaine devrait par ailleurs être porté à douze. Frédéric Allard préfère en effet "augmenter la variété, plutôt que la profondeur de l'offre, afin de parer à l'augmentation du nombre de clientes." De quoi satisfaire les 500.000 membres qu'espère fidéliser le site d'ici début 2009. Frédéric Allard ne donne en revanche aucun indice sur le chiffre d'affaires réalisé. Seule information : Vitrines Parisiennes est d'ores et déjà rentable.

Autour du même sujet