WellPack, le retour de la vente à crédit de 1 euro par jour

10 ans après l'échec de l'usurier anglais Crazy George's, Wellpack reprend le concept de l'achat à crédit sur Internet en promettant à ses clients des TEG compétitifs.

Qui se souvient de Crazy George's, réseau d'enseignes anglais débarqué en 1996 dans l'Hexagone et spécialiste de la vente de bien de consommations à crédit ? Premier de son genre en France, il n'a pas survécu aux accusations de conforter les pauvres dans la misère et n'a tenu que deux ans avant de s'en retourner outre-Manche. Le principe était simple : pour inciter ses clients à consommer, Crazy George's leur vendait ses produits pour quelques dizaines de francs par mois sur plusieurs années.

 

Mais si l'enseigne prétendait permettre aux plus pauvres de plus consommer, ses pratiques faisaient plutôt de lui un usurier. Pratiquant un taux de crédit annuel de 40 % par an, il n'était pas rare que ses clients payent au final leurs achats 120 % plus cher que leur valeur, en en devenant propriétaire qu'une fois le dernier paiement effectué. Le produit étant récupéré par l'enseigne en cas de défaut de paiement.

 

Les excès de Crazy George's en France ont marqué les esprits. Au point d'y compromettre le développement de cette pratique commerciale. Une société l'a pourtant remise au goût du jour sur Internet. La promesse client de WellPack est similaire. Qu'il s'agisse de Hi-Fi, d'électroménager d'informatique ou d'appareils de fitness, les clients n'ont accès qu'à des produits de marque proposés pour quelques euros par jour, tous frais compris (livraison, SAV...). "Mais contrairement à Crazy George's, nous négocions des taux TEG d'environ 7 %, contre plus de 16 % sur des sites marchands qui proposent des solutions de crédit à la consommation pour financer leurs achats", indique Boris Berdah, PDG de WellPack, qui a réalisé 10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2007.

 

WellPack propose ses services sur Internet depuis deux ans, mais la société est habituée au montage de ce type d'offre depuis 2001. A l'époque, adossée à un grossiste informatique, elle proposait déjà des iMac à 299 francs par mois, par l'intermédiaire d'un réseau de distribution composé notamment de magasins de vente de téléphones portables et de la télévision avec M6 Boutique, dont elle se targue d'être devenu le plus gros apporteur d'affaires. Rachetée par son management il y a trois ans, WellPack a réorganisé son circuit de distribution pour concentrer son effort dans la vente en direct sur Internet.

 

La société cherche aujourd'hui à y développer un réseau de partenaires en marque blanche. WellPack propose à des marques d'éditer leur offre sur un site aux couleurs du partenaire, qui le propose ensuite à ses clients. Le partenaire est alors rémunéré par Wellpack au lead, en tant qu'apporteur d'affaire. WellPack, qui ne vend pas directement sur Internet mais par téléphone, en appelant systématiquement ses prospects, s'occupe ensuite de gérer le processus de vente. "Nous sommes sur deux secteurs difficiles : le commerce électronique et le crédit. Il faut donc que nous rassurions au maximum nos clients", souligne Boris Berdah. Et pour cela, rien de mieux que de s'associer à des marques connues. La société propose déjà son offre aux couleurs de M6 Boutique et de France Loisirs et promet d'en annoncer de nouveaux très prochainement.

M6 / TEG