L'échec du Fire Phone met Amazon en réelle difficulté ce trimestre

Bien en deçà des prévisions des analystes, les derniers résultats financiers d'Amazon s'expliquent en large part par la faible demande suscitée par son smartphone lancé cet été.

Les derniers résultats trimestriels d'Amazon sont plus décevants que jamais. A tel point que cette fois-ci les investisseurs, qui en contrepartie d'une forte croissance acceptaient que le géant de l'e-commerce investisse au point de finir chaque trimestre dans le rouge, pourraient bien reprendre leur chèque en blanc. Son action a en effet immédiatement perdu 10% après-bourse, alors qu'elle était déjà de 23% inférieure à son niveau d'il y a un an.

Au troisième trimestre, Amazon affiche un résultat net négatif de 437 millions de dollars : dix fois plus qu'au troisième trimestre 2013. Cette perte nette revient à 95% par action pour un chiffre d'affaires de 20,58 milliards de dollars, alors que les analystes s'attendaient à une perte par action de 74% et 20,84 milliards de revenus. Ses prévisions pour le dernier trimestre ne sont pas plus brillantes. La société table sur un chiffre d'affaires compris entre 27,3 et 30,3 milliards de dollars, ce qui signifierait une croissance de 7% à 18% par rapport au quatrième trimestre 2013. Amazon avait habitué le marché à bien mieux.

La raison de cette déconvenue n'est pas à chercher bien loin. Il réside bien sûr dans l'échec criant du Fire Phone lancé cet été, qui n'a rencontré qu'une très faible demande. En juin Jeff Bezos, fondateur et PDG , en vantait les mérites en assurant : "Notre boulot est de construire les devices les plus fantastiques qu'on sache construire". Le smartphone ne recueille pourtant qu'une note de 2,1 étoiles sur 5 sur Amazon. Son prix, ratiboisé en septembre et passé de 199 à 0,99 dollar avec un abonnement de deux ans chez AT&T, n'a pas non plus attiré les foules. L'e-marchand avoue même en avoir en stock pour 83 millions de dollars...

Pas de quoi l'enterrer non plus : Jeff Bezos n'est certainement pas réputé pour avoir la vue courte. Les acheteurs du Fire Phone y gagnent également un abonnement d'un an au programme de livraisons gratuites Amazon Prime, qui leur donne aussi accès à un très large catalogue de musique, films et séries TV. Or Prime se révèle de plus en plus central pour assurer la croissance de l'e-commerçant. Plusieurs études récentes convergent sur un point : les membres du programme dépensent environ deux fois plus que les autres sur Amazon.

Il y a fort à parier qu'à l'avenir, en plus d'améliorer techniquement son smartphone, la société pousse plus loin encore l'originalité de son modèle économique, déjà basé sur l'idée que sa rentabilité proviendra plutôt des contenus qu'elle vend grâce à lui. Pas sûr toutefois qu'elle parvienne à en élargir la distribution à d'autres opérateurs qu'AT&T, qui devant des ventes si faibles risquent de ne pas y trouver beaucoup d'intérêt.

Smartphone / Amazon