Bonnes feuilles : Amazon, les secrets de la réussite de Jeff Bezos Bezos pourrait envisager de faire cadeau du Kindle

L'avenir du marché du livre électronique est incontestablement énorme. Les chercheurs de chez Forrester estiment que les e-books se sont vendus en 2010 pour une valeur de 1 milliard de dollars et que, d'ici 2015, ce chiffre aura triplé. Une question se pose alors : Amazon devrait-il continuer à se concentrer sur le Kindle ou sur les livres numériques proprement dits ? Plutôt que de faire des rabais sur les livres, disent les uns, Bezos pourrait envisager de faire cadeau du Kindle. Il a déjà descendu le prix d'un modèle à 139 dollars, meilleur marché, affirme sa pub télé, qu'une paire de lunettes de soleil de marque. En octobre 2009, le bloggeur John Walkenbach reporta sur un graphique la baisse de prix du Kindle et nota que c'était une ligne droite qui devait atteindre le zéro vers la deuxième moitié de 2011. Kevin Kelly, un autre bloggeur également écrivain, s'enquit de la tendance de cette courbe en août 2010. Bezos sourit et répondit : "Ah, vous avez remarqué ça ?" Et il sourit à nouveau.

Michael Arrington, dans TechCrunch, proposa un modèle économique qui rendrait l'idée possible. Amazon venait de lancer en janvier 2010 une opération d'envergure pour sélectionner les clients : "Achetez un Kindle. Si vous n'aimez pas ça, vous serez remboursé à 100% et vous pourrez garder l'appareil." Arrington pense que c'était un test grandeur nature pour voir quelles pourraient être les conséquences économiques d'un Kindle gratuit. Il cite une "source fiable" selon laquelle Bezos souhaite offrir un Kindle gratuit à chaque client Amazon Premium qui le demande. Les clients Amazon Premium paient 79 dollars par an (49 euros en France) pour être livrés en un jour ouvré, voire le soir même moyennant un supplément de 3,99 dollars (3,99 euros en France) par article, pour toutes leurs commandes sans minimum ni limitation de commande. Les clients Amazon Premium sont les meilleurs clients de la société, ceux qui sont le plus susceptibles de lui acheter beaucoup de livres numériques, ce qui rentabiliserait le coût du Kindle offert.

Pour l'instant, Jeff Bezos ne dit rien, mais il considère manifestement le livre électronique comme une part importante de l'avenir d'Amazon. Les spécialistes des études de marché estiment que, sur quatre e-books vendus, trois le sont par Amazon. La question est de savoir si le Kindle lui-même fait partie de ce futur. Après tout, Amazon fournit aussi des applications gratuites qui permettent aux utilisateurs de transformer leurs smartphones et leurs ordinateurs en liseuses d'e-books afin d'acheter et de télécharger des livres numériques sur son site. On peut même s'en procurer des gratuits des classiques qui sont aujourd'hui libres de droits dans les boutiques Amazon. D'autant que si le Kindle est l'un des produits phares que Jeff Bezos a introduits sur le marché, ce n'est pas la seule innovation. Bien qu'il n'ait pas (encore) proposé de polices d'assurances sur Amazon.com, il réfléchit depuis longtemps à de nouvelles façons de gagner de l'argent sans vendre de produits matériels. Son ambition ne connaît toujours pas de limite.

Amazon