La stratégie des acteurs de la VPC sur le Web Se différentier par des contenus additionnels

 

Internet donne l'opportunité aux marchands de mettre à disposition du client des contenus additionnels, pour mieux attirer et convaincre l'internaute, et ainsi obtenir un meilleur taux de transformation. C'est aussi un moyen de se démarquer de ses concurrents.

 

la web tv de 3suisses.fr
La Web TV de 3suisses.fr © Capture d'écran du10/06/08

C'est ce que fait, par exemple, 3 Suisses dans le cadre de ses vêtements créateurs. "L'offre des créateurs est présente aussi bien en catalogue qu'en ligne, mais dans le deuxième cas, elle est accompagnée de contenus, avec par exemple des vidéos de défilés", raconte Denis Duval. Le groupe a d'ailleurs créé sa Web TV sur 3suisses.tv. Outre les contenus rich media, le vépéciste alimente également son site de contenus pouvant aider à la décision, sous forme de 'conseils style' par exemple, ou d'avis d'experts.

 

Chez La Redoute, c'est un mannequin virtuel qui, depuis trois ans, permet de se rendre compte de la tenue d'un vêtement, en fonction de ses propres mensurations. Pour des produits dont le choix peut s'avérer compliqué, des guides d'achats sont également là pour faciliter la prise de décision. Frédéric Obala se félicite ainsi de "répondre de mieux en mieux aux attentes et aux recherches des clients".

 

le blog parlez-moi de modes, sponsorisé par la redoute
Le blog Parlez-moi de modes, sponsorisé par La Redoute © Capture d'écran faite le 10/06/08

Par ailleurs, le vépéciste joue aussi la carte du Web 2.0, en sponsorisant le site 'Parlez-moi Modes'. Lancé fin 2006 sous la forme de blog, il offre aux femmes la possibilité de s'exprimer. "Cela permet d'aborder une nouvelle relation avec les clientes", s'enthousiasme Frédéric Obala. Autre innovation : la possibilité, depuis le mois d'avril, de noter les produits. 1 000 commentaires avaient déjà été déposés en l'espace de quinze jours. L'objectif pour Frédéric Obala est d'ainsi créer une sorte de "communauté Redoute". L'effet Web 2.0. touche désormais les acteurs de la vente à distance.

 

Internet est encore considéré par ces derniers comme un support à leur canal traditionnel - la commande sur catalogue -, mais il est fort à parier que d'ici quelques années, l'inverse prévaudra.

 

Autour du même sujet