De grands distributeurs US ont commencé à désactiver Apple Pay

Apple Pay bloqué Les chaînes de pharmacies Rite Aid et CVS viennent de modifier leurs lecteurs NFC pour qu'ils n'acceptent plus Apple Pay, en prévision de leur propre wallet mobile multi-enseignes.

Des poids lourds de la distribution aux Etats-Unis tels que Wal-Mart, Kmart, 7-Eleven et Best Buy en ont assez qu'on leur dise de quelle façon mettre en œuvre le paiement mobile dans leurs magasins. En 2012, ils ont donc décidé de créer une co-entreprise, le Merchant Customer Exchange, dont la vocation est de développer un wallet mobile utilisable par tous les smartphones. Baptisé CurrentC, il devrait voir le jour en 2015. Et dans l'intervalle, ces distributeurs n'ont pas la moindre intention de rendre la vie facile à Apple Pay, dont l'arrivée n'a fait que renforcer leur détermination.

Wal-Mart et Best Buy avaient déjà indiqué que leurs clients ne pourraient pas utiliser le porte-monnaie mobile d'Apple pour régler leurs courses dans leurs magasins. Le 22 octobre, soit deux jours après le lancement effectif d'Apple Pay, la chaîne de pharmacies Rite Aid a modifié ou désactivé ses lecteurs NFC dans ses 4600 officines américaines afin qu'ils ne l'acceptent plus (ni d'ailleurs Google Wallet). En effet, Apple Pay est normalement utilisable avec tous les terminaux de paiement NFC existants, que le marchand soit ou non officiellement partenaire. Selon un document interne, Rite Aid serait "en train de travailler avec de nombreux autres distributeurs pour développer un wallet mobile [...] que nous prévoyons de déployer au premier semestre 2015". Et le 25 octobre, c'était au tour de CVS de bloquer Apple Pay. Cette chaîne de pharmacies participe aussi au Merchant Customer Exchange, à l'inverse de sa concurrente Walgreens, partenaire d'Apple Pay depuis le lancement du service.

Les banques et les émetteurs de carte derrière Apple Pay

Le combat pour le contrôle du marché des paiements mobiles gagne donc encore en intensité. Les banques et les émetteurs de cartes de crédit soutiennent activement Apple Pay, qu'ils voient comme un moyen d'accroître le nombre d'achats par carte et donc le volume de leurs commissions. A l'inverse, les marchands se montrent évidemment bien plus difficiles à convaincre. CurrentC n'a d'ailleurs reçu le soutien d'aucune banque pour l'instant, puisqu'il vise justement à supprimer un coût intermédiaire - celui du traitement du paiement par carte - en débitant l'argent directement sur le compte en banque du client. Lequel, en remerciement d'avoir payé avec l'application plutôt qu'avec sa carte de crédit, se verra remettre des bons de réduction et des promotions exclusives.

Un fonctionnement tellement alléchant pour les marchands que les partenaires de CurrentC incluent également Sam's Club, Sears, Gap, Old Navy, Banana Republic, Dillard's, Kohl, Lowes, Dunkin' Donuts, Bed Bath & Beyond, Stop & Shop, Wendy's et presque tous les grands réseaux de station essence du pays. Pas sûr en revanche que les consommateurs se montrent aussi enthousiastes. Pour utiliser CurrentC, il faudra en effet ouvrir l'application, afficher un QR Code et le présenter en caisse. Moins simple, donc, que le nouveau système de paiement d'Apple.

Moyens de paiement / M commerce