Sectoriel des sites de décoration en ligne Les projets à venir pour renforcer ses positions

Tous les acteurs sont conscients qu'il est important de marquer des points maintenant, afin de sortir indemnes voire renforcés de la prochaine structuration du marché. A cet effet, Cerise sur la Déco a beaucoup travaillé sur l'amélioration de son taux de transformation. "Notre processus de commande n'était pas efficace : moins de la moitié des paniers étaient finalement achetés. Nous avons cherché à être plus clairs et réussi à beaucoup augmenter le taux de transformation", se félicite Patrick Perrin.

 

"Tous ces dispositifs visent à inciter le client à acheter du mobilier"

Le site marchand a également mis en place la solution Receive and Pay de Fia-net il y a deux mois, qui permet au client de ne payer qu'à la réception de sa commande. S'y ajoute une offre de crédit, en trois fois sans frais ou en mensualités. "Tous ces dispositifs visent à inciter le client à acheter du mobilier."

 

Cerise sur la Déco prévoit d'autre part d'améliorer les modes de recherche sur son site : en développant d'abord un mode de recherche par tranche de prix puis, à terme, par forme ou par couleur. Mais aujourd'hui, la priorité de la start-up, qui livre déjà partout en Europe et en Amérique, est à la traduction de son site en anglais. "Il s'agira ensuite de la soutenir avec un budget communication dans les pays concernés", précise Patrick Perrin.

 

Chez Made in Design, le prochain objectif sera d'ailleurs d'accélérer le développement européen. "Nous sommes déjà présents en Grande-Bretagne, où nous réalisons 20 % de notre chiffre d'affaires et sommes en train de devenir leader du design en ligne. Nous attaquerons l'Allemagne et l'Italie début 2010." L'ambition affichée du site marchand : devenir leader du design en ligne en Europe comme il l'est en France. S'il pilote pour l'instant le marché britannique depuis la France, une équipe de business development et de marketing devrait s'installer à Londres d'ici la fin de l'année.

 

delamaison.fr
Delamaison.fr © DR

Au delà de l'élargissement de son offre, Delamaison souhaite pour sa part miser sur les services. "Pour commencer, nous avons lancé une carte en partenariat avec Cofinoga, qui offre des remises jusqu'à 50 euros et des solutions de crédits très avantageuses, souligne Pierre Trémolières. Mais nous voudrions compléter ce service par des services à la personne, que nous proposerions avec nos produits sous forme de packages : montage de meubles, coaching déco ou bricolage..." Et même des heures de ménage.

 

Par ailleurs, des fonctionnalités Web 2.0 vont bientôt apparaître sur le site marchand. "L'acte d'achat de déco, qui plus est de meubles, est empli d'affectif et demande de la réassurance. Pour cette raison, nous allons devoir donner la parole aux clients, de façon à ce qu'ils nous aident à pousser des articles et à en sanctionner d'autres." En bêta dès cet été pour un lancement à la rentée, un dispositif permettra de donner la parole à des communautés de passionnés de décoration et de jardinage.

Autour du même sujet