Vente-privée USA fermera d'ici la fin de l'année

American Express vient d'annoncer la fermeture prochaine de sa co-entreprise avec Vente-Privée. "Le chemin de la profitabilité était trop long", explique Amex.

La branche américaine du leader français des ventes événementielles va fermer ses portes. Vente Privée s'était lancé outre-Atlantique fin 2011, au travers d'une co-entreprise avec American Express, dans laquelle les deux sociétés avaient chacune injecté 20 millions de dollars. Aujourd'hui Amex, interrogé par Fortune, déclare : "American Express et Vente-privée France ont pris ensemble la décision de fermer Vente-privée USA d'ici la fin de l'année.  Le chemin de la profitabilité pour Vente-privée USA s'annonçant plus long que prévu, les deux sociétés ont décidé qu'il était temps de se concentrer sur d'autres priorités. Vente-privée USA continuera à opérer ses ventes événementielles et à honorer les commandes de ses clients jusqu'à la fin de l'année et maintiendra un haut niveau de qualité de service auprès de ses marques partenaires comme de ses membres." Information que Vente-Privée vient de confirmer au JDN.

Cette annonce fait figure de coup de théâtre, puisque le fondateur du site, Jacques-Antoine Granjon, indiquait dans une interview à Fortune publiée il y a seulement trois semaines (mais réalisée en juillet, nous dit-on chez Vente-Privée) qu'il voyait dans les Etats-Unis une véritable opportunité de marché et qu'il prévoyait de doubler son chiffre d'affaires américain l'an prochain à 100 millions de dollars, contre 50 millions en 2014. Certes, Vente-Privée avait publiquement admis que ses débuts américains avaient été compliqués. Mais début 2014, la société indiquait avoir repris en charge l'opérationnel, initialement confié à Amex, et assurait depuis la rentrée que son activité américaine était maintenant mieux maîtrisée et plus équilibrée.

Mésententes entre actionnaires

Selon les sources de Fortune, l'association des deux entreprises n'a jamais été amicale : Vente Privée aurait préféré qu'American Express demeure un investisseur passif, tandis que ce dernier voulait participer à la gestion opérationnelle. "Ils se battaient en sous-main mais n'étaient d'accord sur rien, ce qui était très compliqué à gérer", indique une source du magazine, un ancien salarié. Chez Vente-Privée, on assure au contraire au JDN que le partenariat ne souffrait d'aucune difficulté d'entente et que les décisions de tous les conseils d'administration ont toujours été prises conjointement par les deux sociétés, sans désaccord, y compris concernant la décision finale de fermeture.

Toujours selon Fortune, c'est en septembre qu'Amex a décidé de démanteler la co-entreprise, lorsque Dan Schulman, son "president of enterprise growth" et premier soutien du partenariat, a démissionné pour prendre la tête de Paypal. Vente Privée disposait d'une option pour racheter la part d'American Express mais n'aurait pas voulu la saisir. Sans non plus subir de lourdes pertes, Vente-Privée USA n'était ni profitable ni en croissance, d'après Fortune. Qui conclut que le coup de grâce est venu de Summit Partners : détenteur de 20% du capital de l'e-marchand depuis 2007, le fonds chercherait à revendre ses parts et aurait commencé à faire pression sur le site pour qu'il réduise ses coûts. L'abandon de l'activité américaine pourrait en être une conséquence directe. Vente-Privée dément pour sa part l'implication de Summit dans sa décision, tout comme le fait que le fonds veuille sortir de son capital.

American Express / Ventes événementielles