Gilt vise 500 millions de dollars de revenus en 2010


Le site américain inspiré par Vente-privee.com compte poursuivre sa diversification pour réaliser entre 400 et 500 millions de dollars de revenus en 2010. Son modèle économique diffère pourtant de celui de son grand frère.

Lancé en novembre 2007 à la veille de la récession américaine, le site de ventes privées Gilt.com profite paradoxalement à plein de la crise. Le site affiche aujourd'hui 2 millions de membres et prévoit un chiffre d'affaires compris entre 400 et 500 millions de dollars en 2010. En 2009, Gilt s'est doté d'e-boutiques séparées pour la mode masculine et pour le voyage, notamment afin de conserver une longueur d'avance sur son concurrent Rue La La (1,2 million de membres), racheté en octobre par GSI Commerce.

La patronne de Gilt, Susan Lyne, s'attend à ce que la croissance de sa société dépasse le seul secteur de la mode et inclue l'extension de ses activités au domaine de la décoration, de la mode pour enfants et des services de luxe tels que les soins en spas. La vente d'une prestation de ce type, réalisée l'an dernier dans six villes américaines, aurait ainsi généré plus de 500 000 millions de dollars de recettes en une journée.

Le gros du trafic de Gilt arrive sur le site autour de midi, heure de New York, au moment où les ventes sont dévoilées. 48 % des achats sont effectués entre midi et 13 heures. L'âge moyen des clientes du site est de 34-35 ans. Ce sont des femmes actives aisées qui consultent le site depuis leur lieu de travail. Susan Lyne précise que si la crise a sans doute accru les stocks disponibles sur Gilt.com, les consommateurs n'ont pas acheté des articles en promotions parce qu'ils se sentaient pauvres, mais parce qu'elles leur donnaient accès à des marques plus chères.

Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente-Privee.com et pionnier du secteur, note que si Gilt a en grande partie calqué son fonctionnement sur son site, il ne croit cependant pas en l'efficacité à long terme de son modèle économique : "D'abord, Gilt achète les stocks. Le business model n'est donc pas du tout le même que le nôtre. D'autre part, il ne contrôle pas la logistique et la fait faire par les marques. Il ne maîtrise donc pas la qualité de service." Vente-privee.com a annoncé un chiffre d'affaires 2009 de 680 millions d'euros hors taxe, en hausse de 33 % sur un an (lire l'article Vente Privée vise 850 millions d'euros de revenus en 2010, du 04/02/2009).

Chiffre d'affaires / Business model