Comment fonctionne Google Merchant Center ? Flux de données

A sa première connexion, l'utilisateur doit d'abord s'authentifier comme propriétaire du site marchand. Il peut alors envoyer un premier flux de données en cliquant sur "Nouveau flux de données". "Le premier envoi doit être manuel et pour cela, le marchand doit disposer du fichier de données localement, souligne Michel Racat. Il pourra ensuite mettre en place une automatisation du flux."


Le spécialiste conseille de planifier l'envoi à la fréquence la plus élevée possible, c'est-à-dire tous les jours. "L'économie technique obtenue en ne planifiant qu'un envoi par semaine est insignifiante, au regard de la charge machine. Autant le faire aussi souvent que possible, pour que le stock indiqué soit aussi à jour que possible."

 

Pour que l'ajout soit pris en compte et les produits insérés dans le comparateur, Google doit les valider. Sa première vérification est manuelle, puis Google a recours à des batchs automatiques. Par exemple, Google va vérifier que le prix mentionné dans le flux est le même que celui qui apparaît sur le site marchand. Si le premier n'inclut pas l'éco-taxe, Google rejettera le flux. La colonne "Etat" fournit le nombre de produits que Google a bien insérés dans son comparateur.

 

Plus largement, Michel Racat recommande aux marchands de se conformer très strictement aux spécifications techniques de Google concernant la qualité des flux. "Google va vérifier dans le contenu du catalogue et a facilement tendance à refuser certains produits ou tout le flux. Beaucoup plus que LeGuide par exemple." Un titre de produit dépasse 70 caractères ou contient trop de majuscules ? Google rejette l'intégralité du catalogue.

capture d'écran de la page flux de données de google merchant center
Capture d'écran de la page Flux de données de Google Merchant Center © Google

Google / Comparateurs de prix