La grève de la Poste britannique terrifie les e-marchands


Les sites marchands du pays craignent que les grèves qui touchent Royal Mail ne leur rajoutent des difficultés supplémentaires à la crise en gelant leur business.

C'est jeudi 15 octobre que les britanniques sauront quand exactement débutera la grève nationale de La Poste locale, Royal Mail, l'un des rares services publics du pays. Si cette grande grève doit débuter la semaine prochaine, les conséquences qu'elle pourrait entraîner inquiètent une économie nationale déjà au ralentie, et en particulier les sites marchands.

Selon le think tank Centre for Economics and Business Research, les acteurs de la vente à distance, principalement des e-commerçants, pourraient ainsi perdre 900 millions d'euros par semaine de grève. L'étude se base notamment sur une enquête du comparateur de prix Kelkoo, qui estime que 94 % des acheteurs ne passent pas de nouvelle commande sur un site marchand qui n'a pas été capable de les livrer.

Pour certains, le mal est déjà fait puisque 30 millions d'articles sont bloqués en ce moment dans les entrepôts de Royal Mail après trois mois de grèves régionales. De leurs côtés, les 320 000 vendeurs sur eBay estiment à 270 millions d'euros leur manque à gagner en cas de grève nationale d'une semaine.

Les acteurs qui en ont les moyens cherchent à mettre en place des circuits de livraison parallèles. Amazon aurait ainsi signé un contrat avec la société Home Delivery Network pour livrer ses clients jusqu'à la fin de la grève. Le cybermarchand a néanmoins infirmé la rumeur prétendant qu'il avait mis fin à son contrat avec Royal Mail (estimé à 27 milliards d'euros).

Mais la situation peut aussi devenir un argument commercial supplémentaire pour certains marchands. Ainsi la chaîne de grands magasins House of Fraser qui propose à ses clients, dès sa homepage, de les livrer par DHL si leur commande dépasse 54 euros.

Autour du même sujet