Otto veut vendre Becquet, Venca et Blancheporte mais conserve 3 Suisses

Ottto 3 Suisses Becquet Blancheporte 0615 Otto va-t-il vendre par appartement le groupe 3SI ? L'Allemand met en tous cas en vente trois de ses enseignes historiques et annonce une réorganisation des fonctions supports des autres enseignes.

Les rumeurs se confirment : Blancheporte est en vente, et avec lui Becquet et Venca, annonce ce matin Denis Terrien, président du groupe 3SI. Le groupe allemand Otto, monté à 100% du capital de 3SI fin 2013, a donc décidé de se défaire des trois enseignes, que détient 3SI depuis les années 1980. Pas encore d'acquéreur à annoncer : "Nous lançons juste le processus de vente, qui devrait prendre 6 mois à 1 an, indique-t-il. Nous les céderons à 100%." A eux trois, Blancheporte, Becquet et Venca emploient 600 personnes et totalisent entre 250 et 300 millions d'euros de chiffre d'affaires 2014, sur les 900 millions d'euros et les 4500 collaborateurs que compte 3SI.

Les enseignes qui restent dans le groupe sont d'abord les trois activités venant historiquement d'Otto, montées en joint-venture avec 3SI : Witt et Moda Villona (positionnés sur une cible senior) ainsi qu'Helline (mode et décoration haut de gamme). Relativement peu connus en France, ces sites sont les déclinaisons de grosses enseignes allemandes. Witt, propriété d'Otto depuis 1987, a ainsi enregistré un chiffre d'affaires monde de 726 millions d'euros en 2014. Quant à Heine, dont Helline est la branche française, il affichait 481 millions d'euros de ventes dans le monde l'an dernier. En France, 3SI indique "ces très beaux concepts affichent une belle progression chaque année depuis 2009 et sont profitables".

3 Suisses reste, mais les fonctions support vont être externalisées

3 Suisses demeure également dans le groupe, en tous cas pour l'instant, aux côtés de 3 Pagen, Cemod-cz, Excedence, Modino, Unigro et Vitrine Magique. Sont aussi conservées les sociétés de services aux e-commerçants, parmi lesquelles Mondial Relay, Dispeo et Mezzo. Toutefois, une réorganisation va bientôt venir toucher les fonctions support des enseignes qui continueront d'appartenir à 3SI. Ces fonctions (services généraux, sécurité, comptabilité, consolidation, communication et informatique) regroupent actuellement 360 collaborateurs, dont 200 à l'informatique. 3SI promet que sera avant tout privilégiée la protection de l'emploi. Pour cela, la première piste est celle de l'externalisation, mais certains postes seront aussi intégrés à des sociétés que garde ou cède le groupe. "Le redimensionnement n'est pas encore fait", note toutefois Denis Terrien, qui a informé les représentants du personnel et les effectifs ce matin.

Le retour à la rentabilité de 3 Suisses, qui a vu ses ventes tomber à 250 millions d'euros en 2014, est en outre reporté d'un an, à l'exercice 2017. Le président de 3SI reste néanmoins optimiste : "Nous avons connu la même chose avec Venca, dont le chiffre d'affaires s'est tassé à l'arrêt du big book avant de repartir sur des bases solides et de retrouver la croissance. La même chose va se passer chez 3 Suisses, qui a déjà attiré plus de nouvelles clientes en 2014 qu'en 2013".

Conforter le futur des enseignes, dans le groupe ou en dehors

Reste qu'Otto a commencé à se séparer des enseignes historiques de 3SI et il n'est pas sûr qu'il s'arrête en si bon chemin, à condition bien sûr de trouver des acquéreurs. Mais démutualiser les fonctions support et réduire encore la voilure facilitera peut-être les choses. D'autant que comme le martèle Denis Terrien, la mutation des sociétés du groupe est accomplie. Alors qu'en 2009, 21 des 29 sociétés de 3SI étaient déficitaires, elles sont aujourd'hui toutes profitables sauf quatre, et les enseignes de VPC sont devenues des e-commerçants. Ce qui permet justement aujourd'hui à 3SI de mettre sur le marché des Becket, Blancheporte et Venca remis à neuf, afin qu'ils poursuivent leur développement en s'adossant à de nouveaux partenaires.

"Depuis qu'Otto détient 100% de 3SI, nous avons travaillé pour conforter le futur de chacune des enseignes, explique Denis Terrien. En investissant 150 millions d'euros sur plusieurs années pour faire de 3 Suisses un acteur 100% digital. En regroupant Vitrine Magique et 3 Pagen. En réalisant des campagnes média importantes. En ouvrant nos sociétés de services aux clients extérieurs au groupe. En investissant 250 millions d'euros en informatique, logistique et formation : 100 000 jours-homme. Et nous avons aussi cédé Cofidis et Cread en 2009, Cité numérique il y a quelques jours, sans impact sur l'emploi, qui transforment aujourd'hui avec succès leur potentiel de développement."

L'offre de 3 Suisses s'étoffera des références Otto

Dans cette optique, on peut se demander pourquoi 3SI n'a pas aussi mis en vente 3 Suisses. Pour l'heure, le groupe entend mettre en place des synergies commerciales avec les enseignes d'Otto pour booster l'activité de sa société phare. "Maintenant que la mutation digitale de 3 Suisses est faite, nous allons entamer la deuxième étape : élargir l'offre produit de façon très substantielle, indique Denis Terrien. Nous allons resserrer ses liens commerciaux avec les enseignes textile et déco d'Otto afin que tous les produits d'Otto soient offerts sur le site de 3 Suisses en France et en Belgique." Les autres enseignes BtoC de 3SI bénéficieront également de cet apport de nouvelles références. Au total, plusieurs centaines de milliers supplémentaires (12 000 dans le meuble), qui proviendront aussi bien d'Otto.de que des marques du groupe telles que Baur, Schwab ou Lascana. Une offre étoffée... et de nouveaux investissements. "Nous allons réinvestir plusieurs dizaines de millions d'euros sur certaines enseignes", ajoute le président de 3SI.

Quant aux sociétés de services aux e-commerçants, elles poursuivront leur stratégie d'acquisition de clients extérieurs. Elles en comptent actuellement 6000, qui leur apportent en moyenne les deux tiers de leur chiffre d'affaires... contre zéro en 2009. Mondial Relay a ainsi gagné 700 clients l'an dernier et voit ses revenus croître de 20% depuis le début de l'année. Dispeo a signé avec Showroomprivé, cette année avec Univers Running, et affiche une croissance de 15% depuis le début 2015. "Nous allons poursuivre nos investissements dans ces activités, en particulier sur les activités logistique et de livraison", annonce Denis Terrien.

3 Suisses