Les événements qui font le plus vendre en ligne Les événements qui font vendre moins que d'habitude

Les ponts

On l'a vu, le grand beau temps n'est a priori pas favorable à l'e-commerce. L'indice e-commerce des paiements en ligne du JDN l'avait d'ailleurs relevé en avril 2011, lorsque la météo exceptionnelle avait ralenti à 13% la croissance du secteur. Les différents ponts, du mois de mai en particulier, peuvent avoir le même impact, en éloignant les cyberacheteurs de leur ordinateur. C'est ainsi qu'en mai 2012, les dépenses en ligne n'ont crû que de 12% par rapport à mai 2011. L'an dernier, le 1er et le 8 mai tombaient un dimanche, non un jeudi comme cette année. "Les seuls à en profiter sont les voyagistes en ligne, qui profitent de ces ponts pour proposer des offres spéciales, note Marc Lolivier. Ils en bénéficient d'ailleurs beaucoup plus que les agences de voyage traditionnelles."


Les élections

Bon nombre d'e-commerçants ont également noté que l'approche des élections présidentielles pesait sur leurs ventes, en provoquant un certain attentisme chez les consommateurs. En effet, cette période d'incertitude les aurait inconsciemment incités à réduire légèrement le nombre de leurs achats. "La Fevad avait déjà observé en 2007 ce ralentissement irrationnel jusqu'au deuxième tour du scrutin", confirme d'ailleurs Marc Lolivier. En revanche, seules des présidentielles ont cet impact, les autres élections ne troublant pas le moins du monde les cyberacheteurs.


Rétention avant les pics

L'examen du chiffre d'affaires mensuel de l'e-commerce laisse penser que les consommateurs réservent parfois leurs dépenses en attendant les soldes ou Noël. "La semaine qui précède le début des soldes, nous observons un effet de rétention réel, note ainsi Anne-Véronique Baylac, de La Redoute. Mais il est impossible à quantifier, nous remarquons simplement que nous sommes beaucoup moins efficaces et orientons donc toute notre communication vers les soldes à venir." La Redoute n'enregistre en revanche pas de creux après la rentrée.
Pixmania, pour qui octobre est généralement moins fort que septembre et novembre, interprète ce fléchissement en constatant des comportements de curiosité des consommateurs sur la période d'octobre à mi-novembre. "Les internautes regardent beaucoup en anticipation de leurs achats de Noël, explique Ulric Jérome. Mais le léger fléchissement d'octobre s'explique aussi par l'actualité produit, répartie sur la rentrée en septembre et le kick-off de Noël en novembre."

Noel / Vendre