Créer le parfait tableau de bord e-commerce Comment l'alimente-t-on ?

Dans les premiers temps, Romain Boyer recommande de toujours mettre à jour son tableau de bord à la main, chaque semaine, dans Excel. "Ce 'temps perdu' à chercher et copier les données n'est en fait pas perdu du tout, il permet de bien comprendre ce que signifie cette donnée." Quelle forme donner au tableau de bord ? Rien de compliqué, conseille le spécialiste. "Pour que sautent facilement aux yeux les évolutions des indicateurs, le mieux est d'adopter une norme simple. Par exemple un chiffre vert lorsque l'évolution est positive, rouge lorsqu'elle est négative." Le reste est assez intuitif : les rubriques et sous-rubriques en gras...

Lorsque l'on dépasse le stade d'Excel, il s'agit d'importer les différentes données dans une même interface en ligne. "Cette interface peut être un outil de business intelligence comme Qlikview, un logiciel plus simple comme Jirafe, ou encore les solutions de Mazeberry, DashThis, Jaspersoft, Bime, CaptainDash..." note Romain Boyer. Ils vont servir de multiprise, sur laquelle on va brancher ce dont on aura besoin. Car il s'agit ensuite d'alimenter cette interface, ce que de nombreux outils permettent d'automatiser. "Cela nécessite un peu de développement et de paramétrage, mais en trois jours c'est fait, estime François Ziserman. Et si l'e-commerçant ne sait pas faire lui-même, l'accompagnement d'un prestataire lui coûtera quelques milliers d'euros."

A condition d'avoir d'abord bien configuré Google Analytics, notamment en taguant correctement le processus d'achat pour comprendre d'où viennent les "fuites", son API permet d'importer dans son interface les données de type visite, trafic gratuit, conversion... Dans les logiciels d'e-commerce (Prestashop, Magento...) on récupère les taux de discount, nombre de produits par panier, montant moyen, chiffre d'affaires, marge moyenne... "Importer les données de type top page ou top mot-clé est plus compliqué, mieux vaut le faire avec son spécialiste SEO, suggère Romain Boyer. Mais Positeo propose aussi un outil gratuit." Eulerian et Omniture permettent de récupérer les données de type trafic gratuit.

Comprendre l'évolution et le mécanisme des coûts

Enfin, pour le coût moyen d'acquisition, très important à suivre, on peut utiliser l'API Adwords, récupérer son CPC moyen sur chaque comparateur de prix, etc., en regardant l'évolution de l'indicateur construit avec ces inputs. "Chaque outil d'e-marketing - Adwords, gestionnaire de flux...- génère un tableau de bord dans lequel on peut aller piocher, rappelle François Ziserman. En revanche, d'autres outils, comme les plateformes d'affiliation, n'ont pas été conçus pour être ouverts et n'ont pas d'API. Il faut alors faire sans." Se rappeler alors que l'automatisation n'est pas forcément nécessaire : comprendre l'évolution et le mécanisme des coûts de chaque lever marketing est en réalité bien plus important.

Il est aussi possible de confier le développement de son interface de tableau de bord à une agence comme Ysance, qui pour l'alimenter utilisera des ETL (outils d'extraction, transformation et chargement) comme Talend, ou encore l'outil Kettle de la suite Pentaho Data Integration.

Excel / KPI