Utiliser la vidéo pour mieux vendre en ligne Faut-il faire appel à un prestataire ?

Naturellement, se pose la question d'avoir recours à un prestataire. Pour Yann Boucraut, le site marchand doit quand même absolument maîtriser tous les aspects de la production et de l'hébergement des vidéos, car c'est lui qui doit connaître le produit, décider de la nature de la vidéo, concevoir le scénario et souvent gérer l'architecture et l'hébergement.

 

Philippe Bornstein précise de son côté qu'il n'est plus besoin aujourd'hui de faire appel à la fois à un intégrateur, une web agency, un cabinet de conseil et autres multiples prestataires. "Il existe des outils clés en main pour l'utilisateur. Par exemple, avec la solution américaine Allurent, le marchand gère lui-même au quotidien son catalogue via un CMS."

 

Un certain nombre de plates-formes vidéo s'adressent aujourd'hui aux e-commerçants. "En France ce sont Kewego, Braisonic, View on TV... Les solutions présentes sur le marché américain, où l'on considère la vidéo comme une commodité, arrivent aussi en Europe, comme Brightcove en France et Ooyala au Royaume-Uni." Le consultant, qui a aidé Brightcove à s'implanter en France, précise ainsi que l'abonnement à la solution commence à 99 dollars par mois pour l'hébergement de 50 vidéos et 40 Go de bande-passante mensuelle.

 

Plus largement, Philippe Bornstein recommande aux sites marchands souhaitant utiliser la vidéo de se lancer et d'apprendre au fil de l'eau. "Pour observer ce qui se passe, le marchand aura besoin d'outils d'analyse : quand les visiteurs ont-ils cliqué sur stop, lesquels ont forwardé la vidéo..." Les plates-formes proposent des analytics de ce type et des acteurs tels qu'Omniture fournissent des outils d'analyse encore plus complets.

Autour du même sujet