5 clés pour optimiser la délivrabilité de ses e-mails Eviter d'écrire comme un spammeur

un exemple de spam
Un exemple de spam © DR

Le meilleur moyen de ne pas être assimilé à un spammeur consiste à éviter d'employer leurs méthodes. Il est donc parfois nécessaire de penser en spammeur pour agir ensuite de manière totalement différente. Cette méthode a l'avantage d'éviter quelques écueils pourtant tentants pour tout annonceur. 

 

"Certains mots, galvaudés par les spammeurs sont à proscrire car ils peuvent dans certains cas influencer le classement d'un e-mail en spam", explique Raphaël Savy, responsable commercial d'eCircle France. Il s'agit notamment de termes très, voir trop commerciaux, comme "gratuit", ou "cadeau". Les mots "ambigus" et notamment ceux à connotation sexuelle ou médicale sont à proscrire. Le terme "cliquez ici" est également déconseillé. 

 

En plus du vocabulaire, il convient d'éviter l'utilisation à outrance de certaines formes de ponctuation, comme les points de suspension ou le point d'exclamation, ainsi que les caractères spéciaux. Il est par exemple préférable d'écrire "euro" en toutes lettres que d'employer le symbole "€". Il est également recommandé d'éviter d'écrire des mots entiers en majuscules.

 

L'objet du message à lui seul nécessite une grande attention, car il est scruté par les filtres anti-spams des clients de messageries. "Il reste très important d'avoir un objet propre, car il s'agit du principal déclencheur d'ouverture d'un e-mail", note le directeur général d'Experian CheetahMail France, Guirec Tiberghien. Les recommandations de vocabulaire et de ponctuation s'appliquent également à l'objet, mais d'autres s'y ajoutent. L'usage d'accents, par exemple est déconseillé dans un objet de message.

Autour du même sujet