Conseils : augmenter le ROI de ses e-mailings Surveiller sa réputation et celle de ses partenaires

Avec le développement du spam, les fournisseurs d'accès et les éditeurs de Webmails ont mis en place une batterie de mesures de sécurité. Résultat : certaines newsletters, même sollicitées par les internautes peuvent être bloquées ou filtrées. Ce qui pèse sur les performances des annonceurs. Ces derniers doivent donc s'assurer que les gestionnaires de services de messagerie ne feront pas barrage à leurs campagnes.  

 

Plus que de la réputation de l'annonceur, il s'agit ici de s'assurer de celle du prestataire auquel il fait appel pour router ses opérations d'e-mailing. Celle-ci est par exemple vérifiée par les FAI, via la notation des adresses IP que les routeurs utilisent pour leurs envois. Certains prestataires disposent aussi d'accords avec des tiers certificateurs, qui s'assurent que les messages d'un annonceur arrivent bien dans la boîte de réception de leurs destinataires et non dans leur boîte de spams. 

 

En dehors des questions de délivrabilité, la réputation de l'annonceur auprès de ses destinataires reste primordiale. "L'envoi d'une campagne a toujours une influence sur l'image de l'expéditeur", rappelle Raphael Savy. La méthode de recrutement des contacts également. Un internaute s'inscrivant volontairement à la newsletter d'un annonceur lui accordera plus de confiance que s'il s'inscrit de manière plus "opportuniste", lors d'un jeu-concours par exemple. Dans ce deuxième cas, l'internaute risque davantage de considérer les messages de l'annonceur comme n'étant pas désirés, voire comme du spam, s'il a oublié s'être lui-même inscrit.  

E-Mail marketing