Comment réussir sa campagne d'emailing Les mises en avant et le discours doivent être personnalisés

La première étape à soigner pour s'assurer un bon taux d'ouverture est l'objet du message ainsi que son expéditeur. Ces deux informations doivent rassurer le destinataire. Il est préférable de mentionner la marque si elle est connue ainsi qu'une offre de promotion marquante. Mentionner l'urgence d'une offre dans le temps est parfois judicieux. Mais dans tous les cas il faut mesurer l'objet de l'email par rapport au contenu afin de ne pas décevoir.

 

cyrille saulnier
Cyrille Saulnier © DR

Au sein du message, Cyrille Saulnier, Directeur de la relation client chez le fabricant de logiciel pour emailing Emailvision, recommande de "mettre au premier plan les promotions, et de les accompagner avec des visuels produits. Il faut essayer de clarifier le propos en minimisant le nombre d'information sur une même page, en ne montrant que les promotions importantes, et en établissant des zones cliquables larges".

 

Par ailleurs une bonne segmentation en amont permet de personnaliser le discours dans les mises en avants, les recommandations, dans le texte ou encore dans le ton employé. Dans une étude menée avec Altics sur les comportements des abonnés aux newsletters en période de soldes, Emailvision montre que les femmes sont plus sensibles aux prix tandis que les hommes font davantage attention aux produits... Enfin, la géo-localisation des envois peut être stratégique pour certains acteurs comme dans l'e-tourisme.

 

En outre, l'email transactionnel est un moyen efficace et souvent négligé par les entreprises de communiquer sur des offres. Selon une étude menée par Experian Cheetahmail entre mars 2009 et février 2010, les emails transactionnels offrent des taux de clic plus élevés : sur un email de confirmation de commande l'annonceur obtient un taux de clic de 12,5 %, contre 3,1 % dans un email classique. Leur rentabilité est aussi supérieure : ils rapportent 0,75 dollars, contre 0,13 dollars pour un email classique.

 

Enfin, rappelons que l'ennemi juré des prestataires de campagnes d'emailing et des routeurs sont les systèmes anti-spam, de plus en plus pointus. En moyenne, 20 % des emails n'arrivent pas à leur destinataire. Et ce phénomène va s'étendre : les fournisseurs d'accès en France développent actuellement une politique visant à éliminer systématiquement des boîtes les contenus commerciaux non ouverts... Il devient indispensable de connaître les modes de fonctionnement des FAI et des éditeurs de webmail, d'adapter les textes et les typographies.

E-Mail marketing