Les innovations du salon e-marketing 2013 Tradelab veut faire du branding en RTB

En 2012, les investissements vers les ad-exchanges ont crû de 146% pour passer de 3 à 7% du marché du display. Si le real-time-bidding essaime la montée en puissance de la performance, il a pour l'instant du mal à se positionner sur du branding. La faute aux préjugés qui entourent l'achat programmatique bien sûr, mais aussi aux pratiques des éditeurs qui rechignent souvent à fournir leurs plus beaux emplacements par ce biais, proposant des bannières "above the fold", peu visibles, peu qualitatives.

Faire des campagnes de notoriété intelligentes

Désireux de tirer tout l'écosystème vers le haut, le trading desk français Tradelab vient de lancer une offre dont l'objectif est de rendre les campagnes de notoriété plus intelligentes. "Nous nous appuyons sur notre portefeuille de data et notre technologie de mesure de la visibilité, "Intelligent Tracking System", pour éviter la déperdition qui peut exister sur des campagnes de display classique, explique Yohann Dupasquier, directeur associé du trading-desk. Il faut dire qu'il peut s'appuyer sur plus de 8 millions de profils qualifiés dans un data center établi à Singapour et sur des algorithmes d'optimisation des espaces publicitaires qui viennent se plugger au DSP d'Appnexus grâce auquel Tradelab orchestre ses campagnes. Un outil de bidding propriétaire devrait également voir le jour prochainement.

En exposant uniquement les internautes qui font partie de la cible et en estimant, a priori, les espaces publicitaires les plus vus, Tradelab transpose le modèle de la performance sur le branding. "Nos équipes travaillent à la mise en place de nouveaux indicateurs appropriés, ajoute Yohann Dupasquier. Et de poursuivre : "l'avènement du RTB n'occulte pas le besoin des marques d'être présentes sur des espaces premiums, notre technologie doit leur permettre de concilier granularité dans le ciblage des utilisateurs et environnements de qualité."

 

 

Display