Les taxis accélèrent sur le Web

Les sites Web des compagnies de taxis ressemblent souvent à de simples vitrines. Mais quelques acteurs développent ce canal en permettant par exemple la commande immédiate et gratuite et la réservation en ligne.

Si les taxis ont souvent des véhicules flambant neufs, on ne peut pas en dire autant de leurs sites Web. Le secteur utilise le plus souvent ce canal comme une simple vitrine, avec des fonctionnalités minimales. A l'heure où de nombreuses activités se font de plus en plus en ligne - en particulier dans le transport - le monde des taxis semble rester à l'écart. Ainsi la commande, a priori l'action la plus importante pour un client, est encore très peu proposée. Tour d'horizon des pratiques en vigueur.

 

Le poids du Web semble proportionnel à la taille des sociétés de taxis, dont les plus grosses sont actives uniquement en région parisienne. Seules deux d'entre elles, Taxis G7 et Taxis Bleus, donnent la possibilité de commander en ligne un véhicule immédiatement, c'est-à-dire moins de 30 minutes ou 1 heure avant le départ. Les Taxis Bleus, qui comptent 3.000 chauffeurs affiliés, innovent depuis quelques semaines en proposant ce service désormais gratuitement.

 

"Nous avons un positionnement peut-être plus grand public que d'autres, avec 60 % environ de clients particuliers, estime Béatrice Judel, directrice marketing de la société. Nous voulons faciliter par tous les moyens l'accès de ces clients à nos taxis." Les clients doivent cependant d'abord s'inscrire sur le site avant de commander.  

 

Le principal acteur du secteur, G7 et ses 5.000 taxis, propose également la commande immédiate en ligne. Là aussi il faut d'abord s'inscrire mais contrairement aux Taxis Bleus, celle-ci est payante. De 2 à 2,50 euros payés à l'avance sous forme de points. "Nous n'avons pas prévu de rendre ce service gratuit, indique Isabelle Torres, nouvelle directrice marketing de G7. Car il fonctionne très bien comme ça et le faire payer permet de gérer les demandes prioritaires".


De son côté, Alpha Taxis (société coopérative de chauffeurs associés) n'offre pas cette fonctionnalité à ses clients grand public. "Avec 1.200 chauffeurs, il nous serait difficile de répondre à toutes les demandes. Et puis il y a toujours le risque d'un bug informatique", justifie Emmanuelle Frezza, d'Alpha Taxis.

 

La réservation à l'avance en ligne est beaucoup plus développée. Les taxis G7 la facturent de 2 à 5 euros pour une berline selon l'heure de la course. Les Taxis Bleus aussi la font payer pendant les heures de pointe (3 euros), mais elle est gratuite en-dehors de ces plages horaires. Quant à Alpha Taxis, il la réserve à ses abonnés professionnels. En province, où travaillent davantage d'artisans taxis individuels, quelques groupements permettent la réservation sur leur site Web (dont à Marseille, Lyon et Strasbourg), mais il s'agit généralement de formulaires ou d'e-mails nécessitant plus de 24 ou 48 heures de traitement.

 

Le secteur devrait toutefois développer le canal Web. Les Taxis Bleus par exemple préparent une nouvelle version de leur site pour cet été. Les commandes immédiates seront gratuites pour les clients professionnels, et les particuliers pourront suivre leur commande en ligne, comme le fait déjà G7. Ils accèderont également plus directement à l'espace réservation. Taxis Bleus et Alpha Taxis comptent aussi développer le contenu pédagogique et pratique de leurs sites. 

 

Le commande par téléphone, ancrée dans les habitudes des clients et plus pratique en déplacement, reste cependant très majoritaire. Mais les sites qui permettent la réservation veulent accompagner la progression observée de l'utilisation du Web. "Nous favorisons Internet car c'est devenu un réflexe pour beaucoup, notamment chez les jeunes. Il faut nous adapter car certains n'utilisent que ce canal", explique Béatrice Judel.

CANAL +