Gestion des retours : Ce que doivent savoir les petits marchands après la loi Chatel 2. Les petits marchands doivent-ils s'attendre à une hausse des retours ?

En élargissant les possibilités de remboursement et en incluant précisément les frais de livraison, cette loi devrait en théorie permettre davantage de retours d'articles de la part des consommateurs.

 

Pourtant, depuis son entrée en vigueur il y a un mois, les professionnels n'ont pas constaté de changement. "Il n'y a pas eu d'effets sur PriceMinister, assure Benoit Tabaka. De toute façon, le taux de rétractation est très faible, hormis peut-être le rayon "mode", car beaucoup de produits sont standardisés ". 

 

Une hausse des coûts des remboursements, plus que de leur nombre

Même son de cloche chez les prestataires de boutiques en ligne. "Il n'y a pas eu d'augmentation des retours, et je ne crois pas qu'il y en aura. Celui qui commande le fait parce qu'il veut acheter", explique Marc Schillaci, président d'Oxatis, dont la solution clé en main compte quelque 4.000 clients.

 

Davantage qu'une forte hausse des retours, notamment chez les petits vendeurs positionnés sur des niches, il faut s'attendre à une augmentation de leurs coûts. Les e-TPE devraient être plus touchées que les gros marchands, plus solides financièrement et qui réalisent des volumes importants. "Cette loi favorise les gros", dénonce Marc Schillaci.

TPE