Optimiser ses jeux en ligne sur le Web mobile

Les joueurs en ligne constituent le véritable moteur de l'industrie du jeu et génèrent un trafic énorme pour les opérateurs. Leur poids accroît au même rythme que la croissance du secteur et l'apparition de nouveaux jeux et territoires.

Il y a dix ans apparaissaient des navigateurs Web très basiques pour téléphones mobiles. Face aux rares contenus adaptés à ce format, le Web mobile n'avait pas suscité, à l'époque, l'engouement escompté.


En 2010, la situation est toute autre. Chez Unibet, les jeux d'argent sur les terminaux mobiles ont connu un véritable succès, et le nombre de joueurs sur ce canal a augmenté de 136% selon Petter Nylander, Chief Executive d'Unibet. Le canal mobile est, selon lui, en passe de devenir un canal essentiel pour l'avenir de l'industrie du jeu.

Selon le cabinet indépendant Juniper Research, d'ici 2011, l'industrie mondiale des jeux d'argent sur terminaux mobiles devrait enregistrer un montant de 16,6 milliards de dollars, tous types de jeux confondus (casinos, loteries, paris sportifs, etc.). À titre comparatif, ce chiffre ne s'élevait qu'à 1,35 milliard de dollars en 2006.

 

Qu'est-ce que cela signifie pour les webmasters ?

Tout simplement qu'ils doivent garantir l'optimisation de leurs sites Web pour les navigations sur terminaux mobiles et donc manager efficacement le niveau de satisfaction des utilisateurs dans ces conditions. Pour ce faire, inutile de réinventer la roue. Il faut tirer parti des technologies et des meilleures pratiques qui ont fait leurs preuves dans le domaine de la gestion des performances Web. Les indicateurs clés suivants sont primordiaux :

·         Disponibilité - les clients veulent des sites Web disponibles 24h/24, 7j/7 et 365 jours par an

·         Temps de réponse - le temps d'une transaction, comme un pari par exemple, doit être court

·         Cohérence - le temps de réponse du site Web doit être constant, autrement dit, la variabilité du temps de réponse doit être faible d'une transaction à une autre


Pour mesurer et contrôler les performances du site - du point de vue de l'utilisateur final - il faut tenir compte de plusieurs paramètres liés à cet utilisateur : son téléphone mobile, le réseau mobile auquel il est connecté, sa position géographique, ainsi que le navigateur mobile qu'il utilise. Les performances ne seront pas les mêmes avec Orange à Paris, SFR à Lyon, ou Bouygues à Marseille, par exemple. Toutes ces variables doivent être considérées lors des mesures de performance. Il faut être capable de déterminer les objets, serveurs, réseaux, endroits, heures de la journée et types de téléphones qui compromettent le plus le temps de réponse, la cohérence et la disponibilité du site, de manière à repérer et résoudre les problèmes potentiels, et ainsi améliorer le ressenti de l'utilisateur (on parle également de « l'expérience » utilisateur) depuis son terminal mobile.

 

Les pratiques suivantes, reconnues comme étant les meilleures, ont pour but d'aider les entreprises de jeux à optimiser les performances de leurs sites Web sur terminaux mobiles, ainsi que le retour sur leurs investissements actuels (et futurs) dans la technologie mobile.


1.         Tester toute la chaîne de distribution de l'application Web

De même que le Web sur l'ordinateur, le Web sur les terminaux mobiles est devenu très complexe. Les sites font notamment appel à de nombreux services tiers comme la publicité mobile par exemple, qui sont hébergés de l'autre côté du pare-feu. On parle dans ce cas de chaîne de distribution des applications Web. Si un site Web mobile s'affiche mal chez un utilisateur final, ce dernier ne cherchera pas à savoir qui est à l'origine du problème. Il tiendra tout simplement pour responsable l'entreprise de jeux elle-même, dont l'image et la réputation risquent de pâtir. C'est pourquoi il est impératif d'identifier et d'appréhender les performances de toutes les pages, liens et services tiers constituant l'expérience Web mobile globale de l'utilisateur, et de valider les contrats de niveau de service tiers.


2.         Tester et superviser son site Web du point de vue de l'utilisateur final

Pour optimiser les performances des sites Web sur les terminaux mobiles, il convient avant tout de bien comprendre le ressenti de l'utilisateur dans chaque pays et avec chaque FAI, opérateur, navigateur et terminal. Ces informations permettent aux webmasters de déceler les segments d'utilisateurs qui risquent de connaître des problèmes de performance et d'identifier, isoler et résoudre ces problèmes de manière proactive.

3.         Impliquer toutes les parties prenantes dans le processus de qualité du ressenti utilisateur (QoE : Quality of Experience)

Afin d'améliorer la collaboration et la productivité au sein des équipes fonctionnelles, toutes les personnes travaillant sur le ressenti de l'utilisateur final sur terminal mobile doivent avoir une vision claire de l'écart existant entre les niveaux de performance réels et les performances « attendues ». Le webmaster doit par exemple aider les responsables business à caractériser l'effet des nouvelles fonctionnalités sur le ressenti de l'utilisateur.

4.         Appliquer les technologies, mesures et meilleures pratiques courantes de gestion de la performance applicative aux mobiles et Web

Les solutions actuelles de gestion de la performance Web sont disponibles en mode SaaS, ce qui les rend beaucoup plus accessibles dans tous les sens du terme (faciles à mettre en place, peu onéreux et faciles à utiliser). En appliquant au Web mobile les outils et meilleures pratiques employés pour le Web sur PC, les entreprises peuvent mesurer et contrôler les performances selon un ensemble de critères clés commun.

 

5.         Effectuer des tests et contrôles réguliers afin de résoudre les problèmes avant qu'ils n'atteignent l'utilisateur final

D'après un cabinet d'étude indépendant, 74% des problèmes de performance Web sont identifiés par les utilisateurs finaux. Pour éviter cela, les sociétés doivent tester leurs sites Web et applications mobiles avant de les déployer mais aussi après (et de façon régulière) afin de repérer et résoudre les problèmes en amont - avant qu'ils n'impactent l'utilisateur final - et  bien sur, mener continuellement des actions d'optimisation.

 

6.         S'appuyer sur une analyse des performances dans le temps, et comparée aux performances de ses concurrents

Il existe aujourd'hui, pour un certain nombre de secteurs, des benchmarks actualisés chaque mois sur les performances des sites Web pour terminaux mobiles. Des outils permettent également de créer ses propres benchmarks. Ces derniers permettent aux entreprises de comparer leurs performances par rapport à celles de leurs homologues, ou de constater des différences de performance suivant les jours ou les heures de connexion. Elles peuvent ainsi déterminer le niveau de satisfaction qu'elles procurent aux utilisateurs par rapport à la concurrence, ou lors des différentes périodes d'utilisation.

Autour du même sujet