Messieurs les banquiers, regardez vers l'Afrique !

Par le biais du paiement mobile, l'Afrique réinvente sous nos yeux la banque de détail.

Après avoir révolutionné notre façon de communiquer, la téléphonie mobile est en train de créer un nouveau paradigme bancaire et c'est l'Afrique qui en prend le leadership.

Le fait est incontestable : nous faisons partie d'un monde minoritaire, de 1 à 2 milliards d'occidentaux, qui bénéficions depuis quelques dizaines d'années à la fois d'un service bancaire qui nous parait universel et de moyens de paiement qui nous ont complètement affranchi des limites du cash. Aujourd'hui, il y a davantage d'agences bancaires dans nos centres villes que d'épiceries. Nos cartes de paiement sont acceptées pratiquement partout et nous trouvons à toute heure et en tout lieu un distributeur de billets sur notre chemin.

Ces services bancaires et financiers nous sont tellement naturels que nous ne pouvons plus imaginer comment nous en passer.
Pourtant, la majorité de la population mondiale est totalement exclue de ces services. Or, et il semble que très peu d'occidentaux s'en soient rendu compte : une extraordinaire révolution dans le monde bancaire est en marche.

Si dans les années 1970 nous avions tous eu des téléphones mobiles dans nos poches, nous n'aurions jamais eu besoin de cartes à puce et autres moyens de paiement ; le mobile serait naturellement devenu le guichet et l'outil bancaire personnel de chacun. Or, 3 milliards de gens sur terre ont un téléphone mobile dans une poche et du cash dans l'autre et ils n'ont jamais eu accès au moindre service financier. Leur mobile va devenir la matérialisation de leur banque !

Il n'y a plus de doute : les pays émergents seront bancarisés à travers le téléphone mobile. Et il est primordial de leur apporter ces nouveaux services au plus vite car ce sont en partie de ces services que dépend le développement social et économique tant attendu de ces régions.
Le monde de la banque a toujours su s'appuyer sur les technologies pour se développer. L'informatique, pour le meilleur et pour le pire, a été complètement adaptée et adoptée pour permettre à la banque de prendre le rôle central qu'elle détient aujourd'hui. L'incroyable accélération des technologies mobiles qui bat tous les records de l'histoire de l'industrie fait naître un nouveau paradigme bancaire avec de nouvelles règles et de nouveaux acteurs.

Des centaines de projets sont en gestation. Les premiers succès sont déjà visibles comme M-Pesa au Kenya avec 14 millions de clients et 3 millions de transactions par jour.

En Afrique, les start-ups sont aujourd'hui des banques et les nouvelles solutions technologiques remettent en cause l'ensemble des processus bancaires classiques. Parties d'une feuille blanche, ces nouvelles banques se sont affranchies des lourdeurs imposées par les vieilles architectures occidentales telles des barbares détruisant les vieilles forteresses et construisant un nouveau monde.

A la fin des années 1990, les régulateurs télécoms, en distribuant intelligemment les licences GSM, ont rendu possible le développement spectaculaire du marché du mobile.
En 2011, les banques centrales, en distribuant les autorisations bancaires, sont en train de créer ce nouveau monde.
Tous les pays émergents rentrent dans cette même logique.

Il est fort à parier que les cassandres d'hier rejoindront les conservatismes bancaires d'aujourd'hui mais qu'importe, la gigantesque mutation est lancée et l'occident ne va pas tarder à s'en inspirer. Les banques centrales occidentales ont ouvert la voie en publiant des directives autorisant les opérateurs de paiement électronique. L'innovation technologique a donné la possibilité à ces nouveaux acteurs de s'approprier les mobiles : recevoir ou transférer de l'argent, payer une facture, payer dans un magasin ou sur le Web, recevoir ou rembourser son micro crédit, etc., le mobile sera mon guichet / ma carte / mon site web... et le tout de façon remarquablement simple et extrêmement sécurisé.

La solution TagPay, qui utilise le canal audio des téléphones pour transmettre la signature électroniques nécessaires à la sécurité, en est un très bon exemple et colle particulièrement bien à ces cultures orales et donc universelles.

Visa a bien senti ce vent qui tourne en rachetant il y a 10 jours un des fournisseurs de plate-forme mobile pour 110 millions de dollars. Et ce n'est que le tout début. Nous avions pensé qu'Internet révolutionnerait la banque, le Web ne sera qu'une couche de complexité supplémentaire rajouté aux systèmes informatiques anciens et réservés aux plus riches.

Les technologies mobiles, en remettant en cause l'ensemble des processus, feront entrer la banque dans la poche de 7 milliards de terriens. L'aventure commence.

Autour du même sujet