Les études de marché pour tous : 3 règles simples pour bien utiliser les outils sociaux

Les études communication et marketing sont indispensables pour comprendre l’évolution rapide des marchés. Qui n’a pas besoin de suivre les préférences de consommateurs de plus en plus mobiles ? Ou de tester une nouvelle publicité ou un produit innovant avant de le lancer ?

Les nouvelles technologies ont rendu ces sondages plus rapides et plus simples. Depuis 2008, Internet est le premier mode d’interrogation des consommateurs par les instituts de sondage et les entreprises dans le monde. Mais de nombreux managers pensent encore que seules les grandes entreprises peuvent avoir leurs propres études.
Cela est en train de changer sous l’impulsion des réseaux sociaux.
La plupart d’entre nous utilisons déjà au quotidien les outils sociaux de consultation, par exemple un vote Doodle pour choisir une date de réunion, ou le nombre de Likes pour connaître les préférences de nos amis Facebook. Ces outils du web participatif permettent aussi d’interroger des consommateurs sur leurs comportements et leurs opinions.

Il suffit de respecter trois règles fondamentales:

1.Des questions claires et neutres : le répondant, qu’il soit ami, consommateur ou client, doit comprendre immédiatement la question sans être influencé par des libellés mettant en avant une « bonne » réponse ou certaines marques.
2.
Un questionnaire bref : de nombreux votes en ligne ne comportent qu’une seule question, il vaut mieux lancer plusieurs questionnaires de 5 questions qu’un seul sondage très long.
3.
Des répondants représentatifs : les principaux profils de vos contacts doivent avoir répondu pour avoir des résultats représentatifs de l’ensemble. De fait, la quantité n’est pas gage de qualité : 50 réponses peuvent être suffisantes pour savoir si vos amis aiment l’iPhone 4S, alors que plusieurs milliers de Fans ne représentent peut-être pas l’ensemble de vos clients.
Ces règles permettent de faire soi-même une petite enquête auprès d’une base de contacts (clients, salariés, fans…). Bien sûr, toutes les études ne peuvent être réalisées uniquement avec des outils sociaux gratuits : des logiciels professionnels et des experts des sondages sont nécessaires sur des cas complexes. L’information gratuite a ses limites…

Pour les budgets réduits, des solutions intermédiaires proposent des échantillons représentatifs de panélistes respectant la règle n°3 : il ne reste plus qu’à choisir ses questions. Des nouvelles offres combinent même de un outil social gratuit et des échantillons représentatifs payants.
Les sites de référence expliquent clairement les différences entre utilisation gratuite et payante (généralement quelques centaines d’euros). Chacun peut donc vérifier rapidement si les formules proposées correspondent à ses besoins. Quelques clics sur Facebook (page les.sondages), Linkedin (menu Plus/Polls), SurveyMonkey ou TolunaQuick fournissent ainsi un bon panorama des différentes possibilités de vote social.
Depuis 2000, toutes les entreprises peuvent directement mettre en ligne leur annonce publicitaire avec Google AdWords. En 2011, même la plus petite société peut également tester en temps réel sa communication ou une nouvelle offre sur les réseaux sociaux afin d’accroître son retour sur investissement !

Autour du même sujet