Adwords nemo censetur ignorare

Le cryptage des requêtes naturelles s’est accéléré en cette fin d’année. Plus qu’une "actualité" référencement, c’est la fin d'une étape du marketing internet et le début d’une nouvelle : la voix du Client est plus impénétrable et l’arbitrage trafic payant versus gratuit … plus sportif.

C'est un peu ce que nous dit Google depuis quelques semaines, qui nous parle désormais en crypté, bref en latin.
"Nul n'est censé ignorer les adwords", en référence à l'adage latin "nemo censetur ignorare legem", pilier de nos sociétés de droit, où nous sommes tous présumés connaître la loi.
Sur septembre et octobre 2013, le cryptage des requêtes naturelles du moteur a changé de nature : d’environ 40 % début août pour nous par exemple, il est passé à 82 % fin septembre – tendances semblables pour de nombreux sites.
Auparavant, quand un internaute arrivait sur nos sites depuis le moteur de recherche et depuis un clic sur les résultats naturels, on pouvait lire dans nos outils statistiques les mots-clés tapés par l'internaute … Tous les mots-clés.
Maintenant, on ne voit ces mots que dans une partie des visites, et cette partie s’est réduite à peau de chagrin… 18,3 % par exemple maintenant pour meilleurtaux.com. Cela a commencé tranquillement il y a 2 ans, mais s'est fortement accru depuis septembre.
Bientôt, peut-être, 100% des mots-clés auront disparu de nos outils. De facto, on ne voit plus les mots-clés que nos internautes tapent sur le moteur avant de venir sur nos sites. On ne le peut plus ... autrement que par les liens payants, les adwords.

Minute, minute ... Faisons une pause car tout va un peu vite, en 2 mois ...

Cela fait 10 ans que l'on regarde tous attentivement, qu'on scrute en permanence ces mots clés, les mots clés de nos visiteurs ... Pour y déceler des tendances, des évolutions, accéder à leur vocabulaire, etc. Chaque semaine, dans notre Weborama, At Internet Xiti, Google Analytics, Omniture, Piwik ... préféré, on étudiait les requêtes, cette "voix du Client" très explicite et directe. C'était un outil incroyable, au cœur du marketing, permettant de capter dans le langage de nos internautes, prospects et clients, leurs recherches et leurs besoins, actuels et nouveaux.
Citent-ils notre marque, nos produits, une attente générique, des questions... Autant de pépites, valant maintes études quanti ou quali, et ce accessibles gratuitement, en permanence, en quelques clics, de n'importe où...
Quelle chance, et quel pouvoir cela a été pour le développement du web marketing d'accéder à ces données, pour adapter nos produits, nos communications, nos sites, nos noms de domaines, nos contenus.

Peut-on prédire quand nous parviendrons à 100 % ?

Le site notprovidedcount.com essaie de le faire depuis des semaines, mais sans succès. Fin septembre, il prévoyait cela pour fin octobre, puis pour début janvier, et maintenant pour début février. La courbe a subi une accélération forte récemment, puis bizarrement une petite baisse, donc oublions la prévision : elle sera fausse. Organisons-nous dès maintenant.
Pouvons-nous travailler par exemple avec les 18% restants actuellement et analyser les volumes de mots-clés saisis ? Non, car les niveaux de cryptage étant différents selon les semaines et mois, les volumes ne sont plus comparables entre eux.
Pouvons-nous continuer à équilibrer ce couple passionnel du trafic gratuit et des mots-clés payants ? Nécessairement … Mais plus difficilement.
Il reste dans l'outil Google Webmaster Tools la possibilité d'extraire sur 90 jours glissants (!) les visites par mot-clé naturel par période. C'est accessible, avec des chiffres assez approximatifs. Si vous ne le faites pas encore, extrayez ces chiffres chaque semaine et chaque mois pour continuer votre base de référence.
Bing et Yahoo! n'ont pas encore crypté leurs requêtes, donc c'est utile mais leur part dans les recherches en France est encore réduite. Et les dernières informations indiquent qu’ils devraient crypter prochainement leurs résultats.
Il y a les analyses par page d'entrée, plus applicable pour les grands e-commerçants, avec des catalogues imposants de produits. Demeurent aussi très pertinentes les analyses dans votre propre moteur de recherche interne.
De plus, un nouveau rapport est disponible en beta dans Adwords et commence à aborder cette dimension naturel-payant … A étudier.
Apple ouvrira peut-être un jour des statistiques sur les requêtes Appstore, mais ce n'est pas à l'agenda ; ou Samsung… puisque cela ne devrait pas venir de Google Play...

Google fait autorité. Comment en serait-il autrement…

Il construit des produits superbes, gratuits pour le grand public, et un écosystème visionnaire.
Pour se rémunérer, il a inventé la publicité "invisible", à la fois pertinente pour l'annonceur car reliée à la recherche, donc au besoin du Client, et aussi rémunérée dès le clic et pas juste à l'affichage, au bonheur des objectifs de flexibilité budgétaire des entreprises et des objectifs de création concrète de contacts.
C'est une page qui se tourne.
Nous avons à réajuster nos démarches webmarketing. Ceux qui sortaient des sites internet dès l'apparition d'un mot-clé en croissance dans les recherches naturelles devront trouver autre chose, ce qui est sain et va dans le sens de plus de qualité dans les résultats des moteurs.
Il faut s'adapter.
Nul n'est censé ignorer le changement ... même en crypté ;-$

Autour du même sujet