Analyse de données : une aide précieuse à la rédaction du cahier des charges

Le lancement d’un projet nécessite toujours en amont la création d’un cahier des charges. Pour rédiger ce document de travail incontournable dans la conduite d’un projet, les différents acteurs doivent s’appuyer sur l’analyse de données à grande échelle. Découvrez comment.

Document de travail primordial dans l’exécution d’un projet et véritable outil de dialogue, le cahier des charges facilite l’atteinte des objectifs et permet de s’assurer d’un consensus en interne et auprès des clients. Pour cela, le cahier des charges fonctionnel (CDC) doit présenter un diagnostic précis de la situation qui conduit à solliciter un prestataire afin d’évaluer l’adéquation entre la réponse du titulaire et les besoins exprimés.
Document de travail primordial dans l’exécution d’un projet et véritable outil de dialogue, le cahier des charges facilite l’atteinte des objectifs et permet de s’assurer d’un consensus en interne et auprès des clients. Pour cela, le cahier des charges fonctionnel (CDC) doit présenter un diagnostic précis de la situation qui conduit à solliciter un prestataire afin d’évaluer l’adéquation entre la réponse du titulaire et les besoins exprimés.

Pour une prise de décision éclairée

La rédaction du cahier des charges repose sur une analyse qualitative et quantitative du projet dans son ensemble, et résulte par définition de l’interprétation du ou des rédacteur(s). Pour éviter toute dimension subjective, les porteurs de projet auront tout intérêt à s’appuyer sur une analyse des données, et en particulier des données non structurées. Cette analyse aura l’avantage de porter sur un très large périmètre, que ce soit sur de gros volumes d’études, de données CRM et marketing ou des données présentes sur le Web sous forme de posts et commentaires clients… La data autorise une connaissance très affinée des besoins et des attentes client, quelle que soit l’offre à mettre en place.

Un cahier des charges rédigé sur la base d’une analyse de données non structurées permet de garantir que le commanditaire dispose d’une bonne compréhension des enjeux auxquels il est confronté, selon des critères objectifs.
Les répondants travaillent sur la base d’une vision éclairée des problématiques du commanditaire. Ils peuvent ensuite à loisir la compléter ou la faire évoluer. En plus, l’état des lieux étant réalisé en amont du travail de l’attributaire, cette méthode permet un gain de temps important.
Une analyse de données non structurées à grande échelle pourra s’avérer d’une grande aide pour la rédaction du cahier des charges, notamment pour un projet de création de site Web, bien définir ses objectifs et donc répondre précisément aux attentes des internautes. Dans ce cas précis, une approche et une méthodologie appuyées sur la data apporteront une véritable fiabilité aux assertions.

Le cahier des charges appuyé par la data

Cette analyse pourra constituer une aide à la rédaction du cahier des charges pour de nombreux projets, et notamment pour :
  • élaborer sa veille technologique : dans la mesure où la veille repose sur l’anticipation des tendances, la capacité à s’informer sur les évolutions et innovations dans un secteur d’activité précis, une analyse de la data sera d’une aide précieuse. Elle permettra de savoir exactement sur quels territoires il faut veiller ou encore quel est l’écosystème Web de référence sur les sujets visés.
  • identifier ses cibles de communication : pour bénéficier d’une vision à la fois très précise et globale de ses cibles (profils) et de leurs attentes.
  • refondre un site web : pour connaître les grands axes et thématiques à partir desquelles créer son site, prévoir le rubriquage, les futurs contenus, l’arborescence, les expressions à valoriser sur le site… Une analyse de la data fournira tous les éléments nécessaires à la mise en place d’une offre de marketing de contenu.
  • gérer l’animation éditoriale : pour asseoir une stratégie de positionnement de contenu, en fonction de l’offre et de la demande de contenus existantes. La data permet de savoir sur quel territoire de langage se positionner pour atteindre ses objectifs.
  • mettre en place une stratégie d’e-influence ou de marque : quels sont les relais d’influence existant sur un univers donné et comment interagissent-ils entre eux. Quels sont les attributs de la marque, sur le plan qualitatif et quantitatif ?
Quel que soit le cas de figure, l’analyse de la data non structurée permettra d’obtenir une réponse adaptée. Notamment en procédant à une analyse précise et fouillée du Web sur les thématiques associées à l’univers client. Contrairement au cahier des charges classique, reposant sur une analyse subjective, le cahier des charges rédigé à la lumière des données non structurées offre un socle solide aux recommandations d’actions faites dans la réponse à la consultation.
 

CRM / Décider