Objet Prédictif : devenez enfin pro actif !

Saviez-vous que l’objet conditionne 62 % des ouvertures de vos e-mails en B to C et 59 % en B to B (1) ? Des pourcentages qui parlent d’eux-mêmes ! L’heure a sonné, il est temps pour vous Marketeurs avertis de dire OUI à des campagnes ROIstes dignes de ce nom avec l’objet prédictif !

L’heure est au prédictif !

Si nous connaissons aujourd’hui les grands principes d’un bon objet, rien ne nous permet encore d’être certains que celui-ci génèrera un taux d’ouverture optimal… Et si, en un claquement de doigts, vous pouviez anticiper le taux d'ouverture de votre message avant même que votre campagne ne soit envoyée (2) ? Vous ne me croyez pas ? Et pourtant, c’est bien réel !
Un vrai jeu d’enfant ! Comment ça fonctionne ?
  • Vous rédigez votre objet;
  • Vous lancez une requête;
  • Vous obtenez les résultats d’ouvertures pour des objets approchants de celui que vous avez préalablement renseigné dans votre barre de saisie :
Votre objet : « Déstockage 2014 : profitez-en ! »Le prédictif vous recommande : « Grande opération de déstockage pour 2014 : j'en profite ! »
Choisissez judicieusement les mots clés de votre objet en fonction des taux d’ouverture qu’ils ont généré ! Un excellent moyen de vous assurer du succès de vos campagnes préalablement à leur envoi. Si le prédictif joue un rôle déterminant dans la réussite de vos campagnes, il vous faut également connaître sur le bout des doigts les règles de rédaction d'un bon objet !

Choisissez un objet incitatif et non informatif

L’objet : il s’agit, avec le nom d’expéditeur, d’un des deux éléments essentiels à l’ouverture de vos campagnes e-mailing. Pourquoi ? Parce qu’il joue un rôle similaire à un gros titre de journal : jouez le jeu, fermez les yeux un instant et essayez d’imaginer. Vous comprendrez qu’il est nécessaire de consacrer autant d’énergie au travail de votre objet qu’à celui de votre contenu.
Comme dans le rayon d’un hypermarché, un paquet de café positionné parmi des centaines d’autres paquets, se démarquera à condition que son emballage soit attractif : le packaging étant la première chose perceptible par l’œil du consommateur. Il en va de même pour votre objet. Noyé parmi des centaines de courriels divers et variés, il doit, au-delà de son caractère engageant et personnalisé, captiver l’intérêt de votre destinataire, éveiller sa curiosité et l’inciter au clic !
Alors, soyez original, donnez envie avec un message alléchant, troublez votre destinataire par le biais d'un message mystérieux ou utilisez l'humour pour vous attirer sa sympathie (3) : des moyens efficaces qui boosteront considérablement vos ouvertures !

Les bons conseils, ça rapporte !

Rédiger un bon e-mail : simple avez-vous dit ? Oui ! Mais si et seulement si vous connaissez quelques petites astuces :
  • On privilégie un objet court : cela évitera qu’il ne soit tronqué dans l’aperçu des boîtes de réception.  Attention quand même à ne pas mettre de côté des informations qui pourraient s’avérer utiles !
  • Rien ne vaut un bon vieux test : effectuer A/B test est un excellent moyen de savoir quel objet interpelle le plus vos abonnés.
  • On joue sur l’urgence : « Plus que 12h pour profiter de cette offre ! »,
  • On évite les mots trop techniques… votre destinataire aime les choses simples et ne prendra que quelques secondes pour lire votre e-mail !,
  • On crée un effet teasing : « Plus que 3 jours avant les soldes ! »,
  • On utilise des  verbes d’actions : « Bénéficiez  », « Découvrez », « Profitez »,
  • On implique le destinataire en jouant sur la forme interrogative : « Êtes-vous prêt Monsieur Bernard ? ».

Fais pas ci fais pas ça !

Qui dit règles à suivre pour optimiser votre objet dit pièges à éviter pour ne pas produire l’effet inverse ! Ça vous barbe ? Mais c’est comme ça !
  • Pas de MAJUSCULES !
  • Pas d’objets trop longs : ils sont moins lus et l’usage des Smartphones limite la visibilité de l’objet qui est restreinte aux quelques premiers caractères…
  • Pas de chiffres en début d’objet : « 70 % offerts pour tout achat ». Trop commercial, trop intrusif et trop agressif;
  • On oublie l’abus de caractères spéciaux !!!!!!, ?????, %%%, etc.
  • On évite les sigles monétaires comme  € ou $;
  • On évite les répétitions, les espaces plus qu’il n’en faut ou les points entre les mots.
Mais surtout, on s’interdit l’usage de SPAM words. Ces petits mots feront (avec certitude) chuter votre délivrabilité. Les plus fréquents que l'on rencontre sont : « gratuit », « cliquez », « vente flash » « promo » etc…

Personnalisation oblige !

« Plus que quelques jours pour profiter de l’offre Data ! »
vs.
« Marie, plus que quelques jours pour profiter de notre offre Data ! »

Vous l’aurez compris, un bon objet peut vous faire gagner gros ! Il serait dommage de passer à côté  pour une histoire de verbe mal adapté ou de phrase trop longue ! PRO-ACTIVITÉ sapristi ! C’est à vous de jouer !

--------------------
(1)  E-mail Marketing Attitude 2013, SNCD
(2) EmailStrategie
(3) L’objet et l’expéditeur de l’e-mailing, Message Business 2014.

Delivrabilite